Les événements ont commencé le 13 mai en Dordogne. La grève la plus courte a duré... 1/4 d'heure ! Et en tête d'une manifestation on a pu voir Joséphine Baker ! Récit d'un mai 68 un peu particulier en Dordogne pendant lequel un seul cocktail molotov a été lancé, lors d'une manifestation d'agriculteurs !

La Dordogne et son "drôle de mai 68" raconté par Michel Labussière

L'écrivain et journaliste Michel Labussière retrace le mai 68 vécu par la Dordogne


L'écrivain et journaliste Michel Labussière a patiemment collecté et retracé les évènements qui se sont déroulés en mai 68 en Dordogne. Un mai 68 qui a démarré tardivement, s'est éteint à peine né, pour redémarrer de plus belle une semaine plus tard. Un mai 68 plutôt bon enfant où les paroles étaient plus violentes que les gestes, et pendant lequel les manifestants eux-mêmes étaient les premiers surpris de l'ampleur du mouvement !
Mai 68 : que reste-t'il de nos amours ? Le livre de Michel Labussière
Mai 68 : que reste-t'il de nos amours ? Le livre de Michel Labussière

 

Mai 68 vécu par le syndicaliste Georges Ridoin

George Ridoin a organisé la grève la plus longue en Dordogne celle de l’entreprise de chaussures Coulaud à Trélissac. Une exception dans le département
Georges Ridoin
Il est le syndicaliste qui a organisé la plus longue grève de Dordogne lors de mai 68, à l'entreprise Coulaud de Trélissac - Bruno Ardouin & Pascal Tinon



Mai 68, heures chaudes en Périgord

Jean-Michel Linfort était étudiant en Droit, et surveillant au lycée Claveille de Périgueux. Alain Bernard était étudiant en Normale Sup, avant de devenir journaliste. Maurice Melliet était syndicaliste CGT. Avec Gérard Fayolle les quatre compères, jeunes hommes de mai 68 viennent de publier un ouvrage sur l'évènement tel qu'ils ont vécu... Un mai 68 qu'ils ont traversé parfois à distance... mais avec intensité !

Mai 68 : Heures chaudes en Périgord !
Jean-Michel Linfort, Alain Bernard, Maurice Melliet et Gérard Fayolle viennent de publier un ouvrage sur le mai 68 qu'ils ont vécu, parfois à distance... mais avec intensité - France 3 Périgords - Bruno Ardouin & Pascal Tinon

 

Mai 68 : Heures Chaudes en Périgord Un livre sur Mai 68 vu par 4 périgourdins publié aux édition Média Livres collection des Pages d’Or. Tarif : 15 euros. / © France 3 Périgords
Mai 68 : Heures Chaudes en Périgord Un livre sur Mai 68 vu par 4 périgourdins publié aux édition Média Livres collection des Pages d’Or. Tarif : 15 euros. / © France 3 Périgords

 

Violette Folgado, collégienne en 68

Pour la Présidente de Palestine-Dordogne, Mai 68 a été le révélateur de sa conscience politique de l'injustice, en même temps qu'un formidable espoir de renouveau...
Violette Folgado
La collégienne se souvient de la transformation radicale que lui a apporté mai 68 - France 3 Périgords - Sébastien Bouwy

 

Guy, le CRS de mai 68

Guy Penaud est un ancien commissaire de police, et il a vécu Mai 68 de l'autre côté, il était à l’époque CRS. CRS à Périgueux, certes, mais très vite parti en Bretagne puis à Paris où les évènements débutaient. Un 68 qu'il a vécu à 25 ans des deux côtés, puisqu'après le travail il rejoignait les manifestants !

Guy Penaud
L'ancien commissaire revient sur le drôle de mai 68 qu'il a vécu en tant que CRS, mais aussi en tant que manifestant !  - France 3 Périgords - Sébastien Bouwy

 

Paulette, la femme politique

Paulette Labattut, femme politique gaulliste était à l'époque enseignante à l'Ecole Normale de Périgueux. A 39 ans, elle s'est étonnée à l'époque des raisons du mouvement. Le grand enseignement selon elle : 68 a permis de "faire attention à ceux à qui les lois s'adressent". 
Paulette Labattut, enseignante à l'Ecole Normale
Elle avait 39 ans, était enseignante à l'Ecole Normale de Périgueux et avoue n'avoir pas bien saisi les raisons de ces événements à l'époque. Tout en reconnaissant que 68 a permis de prendre conscience qu'il fallait faire attention à ceux à qui les lois s'adressent. - France 3 Périgords - Sébastien Bouwy

 

Gérard, le fonctionnaire gaulliste

Pour Gérard Fayolle, homme politique gaulliste arrivé en tant que fonctionnaire à Paris depuis un an, il est plongé dans le vaste maëlstrom de 68, entre les farouches partisans de De Gaulle, et les admirateurs des "révolutionnaires"... Il finira par regagner le Périgord avec une voiture remplie de jerrycans d'essence pour traverser la France paralysée...
Il garde de 68 le souvenir d'un évènement imprévu, un accélérateur de ce qui était déjà en cours, mais qui n'a pas modifié le paysage d'une manière conséquente...
Gérard Fayolle, le fonctionnaire gaulliste
L'ancien fonctionnaire gaulliste pense que 68 a simplement accéléré une évolution qui était déjà en cours... - France 3 Périgords - Sébastien Bouwy

 

Jean-Paul Salon "Génération 68"

Enfant de Condat-sur-Vézère, Jean-Paul Salon se fait embaucher en 1973 aux Papeteries de Condat où il devient secrétaire du syndicat CGT jusqu’en 1982. Il prend sa première carte au PCF en 1977 et intègre la fédération départementale du Parti Communiste. A la suite de Roger Gorse, il en prend la tête en 1991 jusqu’en 2004.
Il a été conseiller régional d’Aquitaine de 1997 à 2003 et membre du conseil national du PCF et de son bureau exécutif avant de rejoindre le groupe communiste du conseil général de Dordogne pendant une douzaine d’années. Il a été candidat par deux fois aux législatives dans le Nontronais.
Jean-Paul Salon a pris sa retraite en 2016. Il fait partie aujourd’hui du comité directeur du journal du quotidien l'Echo. Il est l'auteur de plusieurs livres.

Les croquants, La Lauze Eds, 2005
Au temps du Front Populaire, La Lauze Eds, 2005
Génération 68, La Lauze Eds, 2018
Jean-Paul Salon
Le militant communiste revient sur le mai 68 qu'il a découvert "en dilettante" en tant qu'étudiant mais qui l'a ouvert à la conscience sociale et à l'envie de l'engagement... - France 3 Périgords - Bruno Ardouin & Pascal Tinon


"Mai 68. En Dordogne la situation est critique. L'exode rural vide les campagnes. La population vieillit. L'industrie ne parvient pas à prendre le relais du développement. Le chômage réapparaît. Les formes traditionnelles d'organisation sociale et culturelle sont en crise. Dix ans que le pouvoir soumet le pays aux exigences de la modernisation et de la croissance sans que rien ne change. En quelques jours, le mouvement de contestation et de grève se répand et mobilise des dizaines de milliers de travailleurs.
1936 et la Libération sont dans toutes les têtes. Dans les lycées, les services publics, les grandes comme les petites entreprises, dans les villes comme dans les bourgs, le travail cesse. L'économie s'arrête. Le temps suspend son cours. La solidarité retrouvée s'organise. Une conscience sociale, puis politique s'arme. Elle nourrit des désirs nouveaux de liberté et d'égalité. Un rêve général enflamme la foule.
"Nous ne sommes rien, soyons tout !" chantent les manifs… 50 ans après, mêlant évènements nationaux et périgourdins, l'auteur revisite pour les 4 semaines de grèves et d'espoirs de cette Génération 68 qui ébranlèrent nos vies."


18 €uros, éditions La Lauze
© Jean-Paul Salon
© Jean-Paul Salon

 

A chacun son mai...

A parler des manifestations ouvrières, on en oublierait que la France de 68 était essentiellement rurale, agricole, et qu'en 68 les conditions de vie des agriculteurs était aussi problématique. En Dordogne comme ailleurs, les agriculteurs, d'ordinaire discrets, se soulèvent. Ils revendiquent, veulent être reconnus. Chacun son Mai est une série de 4 documentaires visibles sur internet Revue Far Ouest (avec abonnement) Réalisateurs Vincent Tejera, et Manuel Senut. On y découvre tous les aspects de ce mai 68, y compris les moins attendus...

A Chacun son Mai
Une série de 4 documentaires sur les différents mai 68 vécu différemment selon les couches sociales, les milieux socio-culturels... - France 3 Périgords - Bruno Ardouin & Pascal Tinon