Kayak Olympique à Tokyo : Manon Hostens, à la force du poignet

Sélectionnée pour Tokyo : à  27 ans, Manon en est déjà à ses troisièmes jeux olympiques. Battante et souriante, la kayakiste périgourdine se prépare aux JO sans imaginer revenir bredouille. Et pour cela elle a son secret : un entraînement intensif sur l'Isle, à Périgueux. Comme d'habitude.

Travaillant son explosivité grâce à l'entrainement de son père, Manon Hostens se perfectionne sans relâche pour décrocher le meilleur en compétition
Travaillant son explosivité grâce à l'entrainement de son père, Manon Hostens se perfectionne sans relâche pour décrocher le meilleur en compétition © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Anne-Laure Meyrignac

Ramer, dès le plus jeune âge

Croiser une sirène avec un bateau sur l'épaule, c'est pas courant. Sauf sur les quais de l'Isle, à Périgueux, les jours d'entraînement de Manon Hostens. C'est que la jeune kayakiste (27 ans depuis le 4 juin dernier) a ses habitudes. Les 12kg du kayak, du stockage jusqu'à la mise à l'eau, c'est pour elle, son petit rituel depuis l'enfance. Depuis, exactement, que son frère a vu Tony Estanguet gagner les jeux olympiques. Et que, pour accompagner son frère, on l'a collée dans un kayak en 2002, au club de canoë-kayak de Castelnaud-la-Chapelle. 

La jeune championne a ses habitudes d'entraînement sur l'Isle, un parcours "un peu étroit", mais qui lui convient parfaitement
La jeune championne a ses habitudes d'entraînement sur l'Isle, un parcours "un peu étroit", mais qui lui convient parfaitement © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Anne-Laure Meyrignac

Des médailles en pagaille

Depuis, la périgourdine a prouvé qu'on a bien fait. Elle participe aux Jeux olympiques de la jeunesse d'été de 2010, elle devient championne du monde de descente en sprint K1 en 2013, médaille d'or en sprint par équipe aux Championnats du monde de descente 2015, elle est sélectionnée aux Jeux olympiques d'été de 2016, médaillée d'or en K1 sprint par équipes et médaillée d'argent en K1 sprint en 2017,  médaillée d'or en K1 sprint aux championnats du monde de descente en 2018,et  médaillée d'or en K2 500 mètres aux Championnats d'Europe de course en ligne la même année, et on en passe....

J'ai vraiment envie d'y aller pour me faire plaisir, avec beaucoup d'engagement, beaucoup de plaisir... et n'avoir aucun regret.

Manon Hostens

Derrière son masque, la reconnaissez-vous ? Après avoir été inspirée par ses aînées, Manon Hostens est à son tour une source d'inspiration pour la jeune génération, à commencer par ses admirateurs et supporteurs du club de Périgueux qui suivront son parcours à Tokyo
Derrière son masque, la reconnaissez-vous ? Après avoir été inspirée par ses aînées, Manon Hostens est à son tour une source d'inspiration pour la jeune génération, à commencer par ses admirateurs et supporteurs du club de Périgueux qui suivront son parcours à Tokyo © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Anne-Laure Meyrignac

Toujours plus loin

La championne du monde sera sollicitée car les champions de la discipline à ce niveau ne sont pas légion. L'olympiade, elle la fera donc sur 500 m, seul, en duo ou en équipe de 4. Et après ? Ben les jeux olympiques de Paris en 2024, bien sûr ! Une médaille "à la maison", comme elle dit, lui permettrait de fêter dignement ses 30 ans...

Manon Hostens qualifiée pour les Jeux Olympiques ©France 3 Périgords

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
canoë-kayak sport sports nautiques jeux olympiques