• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Le sénateur Albéric de Montgolfier, nouveau châtelain de Beynac

© CC by Doma via Flickr
© CC by Doma via Flickr

Après la disparition de Denise Grosso,  Albéric de Montgolfier, sénateur et président du département d’Eure et Loire en est aujourd'hui  le plein propriétaire.La donation avait été effectuée du vivant de Lucien Grosso décédé en 2008, son épouse en ayant la jouissance jusqu'à sa mort. 

Par Sébastien Bouwy

 


Il y a une dizaine d’années, quand le bruit avait couru dans la vallée de la Dordogne, que Lucien Grosso avait donné son château à Albéric de Montgolfier, les habitants du village s’étaient dit qu’il s’agissait encore d’une des frasques de ce drôle de Lucien. Un jour, Lucien, le marseillais n’avait-il pas voulu donner son château à une fondation américaine ? 



Albéric de Montgolfier 

Albéric de Montgolfier, n’est pas connu en Dordogne, sénateur Les Républicains et président du département d’Eure et Loire, il semble vouer une passion pour le patrimoine. C’est peut-être à ce titre qu’il a rencontré Lucien Grosso. Interrogé en 2009 par un journaliste du Figaro, il avait indiqué qu'il s'en occuperait à sa retraite.

Albéric de Montgolfier, en 2013. / © PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE
Albéric de Montgolfier, en 2013. / © PHOTOPQR/REPUBLIQUE DU CENTRE

« Je sais que la nouvelle avait surpris, les gens de la vallée à l’époque  »


se souvient Germinal Peiro, président du département de la Dordogne et ancien maire de Castelnaud, village voisin de Beynac.


Lucien le sulfureux


Lucien, le sulfureux, avait fait fortune dans des boîtes de nuit en Afrique. Il avait acheté le château en 1961 et sans aucunes subventions, s’était lancé dans sa restauration. Débarrassé de ses ajouts de la renaissance, Beynac avait ainsi retrouvé la fière allure d’un château médiéval.
Durant la guerre de Cent Ans, la forteresse de Beynac est l'une des places fortes françaises. La Dordogne sert de frontière entre la France et l'Angleterre ; non loin de là, de l'autre côté de la Dordogne, le château de Castelnaud (ci-dessous), rival de Beynac, était aux mains des Anglais.

© CC by Stephane Mignon via Flickr
© CC by Stephane Mignon via Flickr

La rivalité Beynac-Castelnaud

Dans l'histoire locale, la rivalité se devait de persister. Ainsi pendant des années, les rumeurs et les ragots ont prêté une rivalité sinon une haine entre les deux propriétaires des châteaux :  Lucien Grosso et Kleber Rossillon.

"On a même souvent dit que j'avais déja acheté le château de Beynac"


soupire ce dernier.Kleber Rossillon, le propriétaire de Castelnaud indique aujourd'hui ne pas vouloir être acquéreur de Beynac s'il était un jour à vendre. "Ce n'est pas dans l'air du temps" ajoute t'il. 



100 000 visiteurs par an 


Beynac est devenu au fil des années, un haut lieu du tourisme en Dordogne avec près de 100 000 visiteurs par an et ce, sans aucune promotion.

«C’est le seul château de France et de Navarre qui n’a jamais édité de dépliants »


s’amuse Jean-Max Touron propriétaire de plusieurs sites en Dordogne. Pour lui, Beynac est le plus beau château du département.  

Lieu de tournages


Juché sur son promontoire au dessus de la Dordogne, Beynac attire les réalisateurs de cinéma. Brigitte Bardot y joue dans son dernier film, Jean-Marie Poiré y installe les caméras des "Visiteurs I et II".
Puis, Denise n’a plus voulu de tournages. Ils la gênaient pour ses visites car c’est elle encore qui accueillait cet été les touristes.
Comment se déroulera la saison prochaine ? La question que nous avons voulu poser à Albéric de Montgolfier, mais le nouveau châtelain est pour le moment injoignable. 





 

















Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus