Mort de la petite Laly : la directrice d'école relaxée

Le tribunal correctionnel d'Angoulême a relaxé Elisabeth Jaccard, la directrice de l'école du Sacré Cœur de Périgueux. En janvier 2015, une fillette de son établissement avait été défenestrée par un camarade de classe, alors qu'elle s'était momentanément absentée de la salle de cours.

Elisabeth Jaccard, l'enseignante qui avait en charge la classe de Laly, regrette de ne pas avoir été informée de la dangerosité du petit garçon qui a défenestré la fillette
Elisabeth Jaccard, l'enseignante qui avait en charge la classe de Laly, regrette de ne pas avoir été informée de la dangerosité du petit garçon qui a défenestré la fillette © France 3 Périgords
Elle encourait 6 mois de prison avec sursis. Elle aura finalement été relaxée par le tribunal correctionnel d'Angoulême, qui a rendu sa décision ce jeudi.

La directrice enseignante de l'école du Sacré Cœur de Périgueux comparaissait le 10 décembre pour homicide involontaire, après la mort d'une de ses élèves, Laly, en janvier 2015.
 

Poussée par la fenêtre

Alors que l'enseignante était sortie quelques instants de sa classe, un petit garçon, également scolarisé dans sa classe pour l'inclusion scolaire (CLIS),  ouvrait la fenêtre et faisait basculer Laly dans le vide. La petite fille, âgée de 8 ans et trisomique, avait succombé à ses blessures le lendemain.

Déjà auteur de faits similaires

Si l'enseignante était la seule à être poursuivie dans  ce dossier la responsabilité de l'ASE, l'Aide sociale à l'enfance a également posé question. Le petit garçon auteur des faits avait déjà poussé une enfant par-dessus un balcon en 2013.


" Ce secret a fait qu'il s'est passé ce qu'il s'est passé"

Des faits dont l'ASE avait connaissance, mais qui n'avaient jamais été signalés à l'institutrice. Lors de l'audience le 10 décembre, l'institutrice avait une nouvelle fois demandé pardon aux parents de Laly.
"On n'a pas les informations qu'il faut pour pouvoir suivre les enfants, les accompagner et les aider. C'est une partie de ce secret qui a fait qu'il s'est passé ce qu'il s'est passé", regrettait-elle.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société social économie