1200 kilomètres. C'est la distance que les pèlerins doivent parcourir pour rejoindre St Jacques de Compostelle depuis Périgueux. La Dordogne offre de nombreuses étapes sur l'un des trajets qui mènent à ce lieu historique. Une destination empruntée par 200 000 pèlerins chaque année... Cette semaine focus sur les chemins de St Jacques en Dordogne sur France 3 Périgords.

Compostelle, séculaire et moderne


  
Tout commence au IXème siècle lorsqu'on retrouve la trace de l'apôtre Jacques. Saint Jacques le Majeur, dit Jacques de Zébédée ou saint Jacques est un Juif de Galilée. L'un des douze apôtres et un proche de Jésus-Christ. La Bible le prénomme Jacob, Iacobus en latin, Iago, Tiago et Santiago (sanctus Iacobus) en espagnol. Frère de saint Jean l’Évangéliste, issu d’une famille de pêcheurs, il est l’un des premiers disciples à verser son sang et à mourir pour Jésus.

Saint Jacques aurait quitté le Proche-Orient au Ier siècle pour prêcher la parole du Christ en Occident jusque dans la péninsule Ibérique.
De retour en Palestine il aurait été décapité sur ordre du roi Hérode Agrippa. Sa dépouille recueillie par ses compagnons et disciples aurait été portée pendant 7 jours dans une embarcation guidée par un ange. Après avoir franchi le détroit de Gibraltar il se serait échoué sur les côtes de Galice.

L'emplacement du tombeau aurait ensuite été perdu, avant d'être retrouvé miraculeusement au IXème siècle par l'ermite Pélagius, guidé vers un tumulus par une pluie d'étoiles. Le "campus stellarum", champ des étoiles, a donné naissance au nom Compostelle.
Plusieurs versions historiques se contredisent, certains documents indiquent plutôt que St Jacques aurait été inhumé en Orient et que le tombeau retrouvé, d'époque romaine, faisait déjà l'objet d'un ancien culte galicien.

A l'époque, ce tombeau contenant les reliques supposées de l'apôtre est offert à la vénération des catholiques. Il est situé dans la crypte de la cathédrale galicienne de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans la province de La Corogne.

Dès le XIème siècle emprunter le chemin pour vénérer ces reliques devient un grand pèlerinage de la Chrétienté médiévale.  Et après la prise de Grenade en 1492, sous l'influence du pape Alexandre VI, Saint-Jacques-de-Compostelle devient officiellement l'un des trois grands pèlerinages de la Chrétienté au même titre que Jérusalem et Rome.

Pour le pélerin, ce chemin initiatique est l'occasion de démonstrations de ferveur, de pénitence et d'hospitalité. C'est aussi l'occasion de partir à la découverte des racines spirituelles du Vieux Continent à travers les témoignages d'art et de culture qui émaillent le trajet. Strictement catholique à ses origines, cette route a progressivement été empruntée par un plus grand nombre de profanes. A tel point qu'en 1987 le Conseil de l'Europe a déclaré les routes de Compostelle en Espagne et en France, « Premier itinéraire culturel ».

Ces 5 dernières années le pèlerinage a attiré plus de 200 000 pèlerins chaque année, avec un taux de croissance de plus de 10 % par an. Pour l'essentiel, les pèlerins viennent de villes proches, à pied et en quelques jours. Une majorité d'espagnols, surtout l'été pendant le pic de fréquentation. Mais le reste de l'année, les pèlerins étrangers sont majoritaires. 

Si 2/3 des pèlerins se retrouvent actuellement sur le Camino francés, le chemin français traditionnel, les autres axes mineurs, sont de plus en plus fréquentés.
St Jacques le Majeur. Détail des vitraux de l'église Saint-Laurent de Lengels (Vosges)
St Jacques le Majeur. Détail des vitraux de l'église Saint-Laurent de Lengels (Vosges)

 

La Via Lemovicensis, du nord de l'Europe à St Jacques... en passant par la Dordogne

Cette vidéo est indisponible pour le moment.
Les chemins de Compostelle en Périgord
La voie du Vézelay est l'un des plus importants chemin emprunté par les pèlerins pour se rendre à St Jacques de Compostelle - France 3 Périgords - Florian Rouliès & Pascal Tinon

La voie de Vézelay ou Via Lemovicensis part du Vézelay, dans l'Yonne, traverse Limoges, entre en Dordogne par La Coquille, passe par Thiviers, Sorges, Périgueux, Chalagnac et Campsegret, puis se scinde en deux à Bergerac, une branche se dirigeant vers Ste Foy la Grande, l'autre vers Castillonès.

Un trajet enrichi de sanctuaires, Sainte-Madeleine de Vézelay, Saint-Léonard de Noblat, la cathédrale Saint-Front de Périgueux, traversant des espaces boisés, des fleuves et rivières, des pâturages, les vignobles de l'Entre Deux-mers, puis la forêt Landaise. A l'époque médiévale, le trajet était particulièrement périlleux. 

En Dordogne, la commune de La Coquille doit son nom au fait que des pèlerins de passage oublièrent sur place leur bourdon (bâton de pèlerin orné d'une coquille Saint-Jacques). Depuis lors, les autres pèlerins prirent l'habitude de nommer les habitations du lieu de "la Coquille", le nom est resté. C'est dire si l'histoire de ce lieu, comme d'autres, est liée à celle du pèlerinage. Quant à la Cathédrale St Front, elle était elle-même un lieu de pèlerinage réputé mais dédié à St Front. Elle est naturellement devenue très tôt une étape clé des pèlerins qui empruntent la Via Lemovicensis...

Pèlerinage, mode d'emploi

Le pélerinage, ça ne s'improvise pas. Pour parcourir de 15 à 30 km par jour, et au final des centaines de kilomètres, mieux vaut être préparé. Solidement. Adresses, petits trucs à connaître, conseils de préparation physique, matériel à emmener, etc. Suivez le guide en vidéo... Vous trouverez également de multiples ouvrages dans le commerce sur le sujet...
St Jacques de Compostelle : un cheminement spirituel

 

Le pèlerinage : se connaître, rencontrer les autres

Le plaisir n'est pas dans la destination, mais dans le trajet... et dans les rencontres que l'on y fait. Le cheminement solitaire que peut être le pèlerinage est tout relatif, car on y croise nombre de personnes ! Autres randonneurs, arrêts pique-nique, hébergements, rencontres impromptues, St Jacques de Compostelle est aussi l'occasion d'une très belle aventure humaine. 
St Jacques de Compostelle : se rencontrer soi-même, découvrir les autres

 

Aller à St Jacques de Compostelle... pourquoi ?

Cette vidéo est indisponible pour le moment.
St Jacques de Compostelle : vers quoi marchent les pèlerins ?
1200 pèlerins vers St Jacques de Compostelle passent par Périgueux chaque année. Mais après quoi marchent-t-ils ? - France 3 Périgords  - Florian Rouliès & Pascal Tinon

Si le pèlerinage est d'origine religieuse, tous les pèlerins d'aujourd'hui ne sont pas catholiques, ni même croyants, loin s'en faut. Et les motivations sont presque aussi variées que le nombre de pèlerins. Quête d'enrichissement intérieur, retraite du monde, spiritualité, dépassement personnel, exploit physique... Un seul point commun à ces personnes en quête : la joie de réaliser un projet souvent longuement mûri, voire fantasmé...

Pour en savoir plus...

Le site de l'Agence de Coopération Interrégionale et Réseau ACIR 

Qui était Saint Jacques ?

Le site chemindecompostelle.com

Le pèlerinage sur Wikipédia

Conseils pratiques sur le pèlerinage 

St Jacques de Compostelle vu par le magazine "le Pèlerin"