Dordogne : ce que l'on pourra faire (ou pas) à partir du 2 juin

Après les annonces du Premier Ministre sur la phase 2 du déconfinement, le Préfet de la Dordogne a détaillé ce qui va changer à partir de mardi dans le département.

Un canoë sur la Vézère, en Dordogne.
Un canoë sur la Vézère, en Dordogne. © Florian Rouliès - France 3 Aquitaine
Si la vie reprend peu à peu son cours, la lutte contre le coronavirus n'est pas terminée et les restrictions sont encore nombreuses. Pour preuve, la Préfecture elle-même n'accueille pas encore les journalistes entre ses murs : Frédéric Périssat, le préfet de la Dordogne, a donc présenté ce vendredi le détail de la phase 2 du déconfinement dans un point presse téléphonique (le dernier, espère-t-il, avant une réouverture de ses portes aux médias locaux). Voici donc ce qu'il faut retenir, à quelques jours de l'assouplissement des restrictions anti-COVID. 

Une "liberté raisonnée"

Frédéric Périssat le martèle avec force : certes, nous franchirons mardi un cap vers plus de liberté, mais il ne s'agit pas de se relâcher complètement.

"Si la liberté prime de nouveau sur l’interdiction, ce sera une liberté raisonnée. On n’est pas encore au retour des grandes embrassades et des effusions tactiles !"
Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne

Ceci étant dit, plusieurs interdictions seront levées en début de semaine prochaine, à commencer par la restriction de déplacement au-delà de 100km. Les rassemblements de plus de 10 personnes dans les lieux publics seront toujours prohibés, les cinémas encore fermés jusqu'au 22 juin... mais de nouvelles opportunités s'ouvriront en matière de loisirs, notamment avec la réouverture généralisée des tous les musées et monuments.

La baignade 

À partir de mardi, les plages dédiées à la baignade sur les lacs, étangs et rivières seront de nouveau ouvertes, sous réserve bien sûr du respect des mesures barrières, autant en ce qui concerne l'organisation des installations que le comportement des usagers. Les piscines seront également autorisées à rouvrir. Là encore, les gestionnaires devront veiller à ce que les mesures barrières et la distanciation physique soient respectées (notamment dans les vestiaires, les douches, les toilettes). Le nombre de personnes dans, et autour des bassins devra être régulé pour éviter une trop grande proximité.

"À priori, aucun distinguo ne sera fait entre les piscines couvertes ou de plein air. Les protocoles seront peut-être plus durs à respecter dans les premières que dans les secondes... ce sera aux gestionnaires de décider de l'intérêt économique d'une ouverture des structures, compte tenu des règles à mettre en place."
Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne

Concernant les lieux de baignade "sauvages", comme sur les plages des rivières, les comportements seront surveillés. En cas de surfréquentation et de trop grands regroupements, le pouvoir de police du maire pourra s'exercer, et des mesures de régulation pourront être prises, avec l'appui des forces de sécurité si nécessaire.

Le sport

Si des arrêtés ont déjà été signés par le préfet pour ouvrir certaines bases nautiques, autorisant ainsi les activités nautiques comme le canoë, les salles de sport, elles sont toujours fermées. Elles pourront, elles aussi, rouvrir à partir du 2 juin. Le port du masque, en dehors des temps de pratique, sera recommandé. Concernant les appareils de musculation, ils devront être suffisamment distants les uns des autres. Les cours, quant à eux, devront se faire avec un effectif réduit à 10 personnes maximum.

"En ce qui concerne les sports collectifs et de contact, ils restent interdits jusqu'à nouvel ordre : des règles seront fixées prochainement par les services du ministère."
Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne

Comme c'est déjà le cas depuis le 11 mai, les sports individuels en plein air ne feront l'objet d'aucune restriction. Attention cependant lors de vos balades en forêt : la chasse pourra également reprendre, de manière individuelle et dérogatoire (pas de battue, sauf administrative), limitée aux sangliers et cervidés qui nécessitent, selon le préfet, une régulation de leur population.
Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne, en audio-conférence de presse.
Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne, en audio-conférence de presse. © Préfecture de la Dordogne.

Vers un redémarrage économique

Si les cinémas et les boîtes de nuit devront encore attendre un peu avant d'ouvrir leurs portes, les bars, cafés et restaurants pourront, eux, accueillir des clients dès mardi. Un nouveau départ pour ce secteur très sinistré de l'économie périgourdine. Les hôtels et campings attendent également avec impatience d'accueillir leurs premiers clients. Une clientèle qui pourrait même venir de l'étranger à partir du 15 juin, date à partir de laquelle un accord entre les différents pays européens devraient permettre aux touristes de circuler partiellement au sein de l'union.

Un retour à la vie (presque) normale qui pourrait permettre de relancer la machine économique.

"Dans le département, 7390 entreprises ont demandé à bénéficier de l'activité partielle, tous secteurs confondus. Cela représente plus de 48000 salariés."
Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne

24 millions d'euros ont été distribués au titre du fonds de solidarité, en premier lieu pour le commerce, ensuite pour l'hôtellerie-restauration

Le retour aux études

Si tout cela sent bon les vacances, il ne faut néanmoins pas oublier que l'année scolaire n'est pas terminée. À ce jour, quasiment toutes les écoles du premier degré ont été rouvertes. Une poignée d'entre elles (sept, pour être exact), sont encore fermées mais elles devraient pour la plupart être en mesure d'accueillir des élèves dès le début de la semaine prochaine.

Dans les collèges, les 6ème et les 5èmes ont déjà repris le chemin des établissements ; les 4ème, les 3ème et les lycéens devraient faire de même à partir de mardi prochain

Une réflexion est également en cours concernant une organisation des activités périscolaires afin de pouvoir, à terme, accueillir tous les élèves durant la semaine complète, et non seulement un jour sur deux comme c'est le cas actuellement. L'inspection de l'académie y travaille, en concertation avec les communes. L'idée est aussi de se préparer à une rentrée de septembre particulière :

Nous ne savons pas ce que sera la rentrée scolaire et comment circulera le virus : il faut donc que nous soyons d’ores et déjà engagés dans cette réflexion pour accueillir, le moment venu, le plus d’enfants possible."
Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne

Il n'est donc pas exclu que l'école telle qu'elle sera organisée dans les semaines à venir préfigure celle de cet automne.

La situation sanitaire en Dordogne
14 personnes sont encore hospitalisées dans le département à cause du COVID-19, dont une en réanimation. Selon l’Agence Régionale de Santé (ARS), 24 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie (plus deux survenus à domicile ou en structure). Sur les 1300 tests de dépistage qui ont été réalisés ces dernières semaines, 14 se sont révélés positifs (soit un peu plus d'un 1%). La circulation du virus est donc faible, et il n'y a aucune nouvelle suspicion de foyer à ce jour.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société déconfinement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter