Dordogne : l’industrie du cinéma bouleversée par le coronavirus

Chaque année, plusieurs films sont tournés en terre périgourdine. 2020 ne devait pas échapper à la règle, mais le coronavirus en a décidé autrement. Même le film de Ridley Scott, en partie tourné dans le département cet hiver, ne peut pas être, pour l'heure, mené à son terme.

Clap du tournage de "La Révolution Française", de Jacques Malaterre, en octobre 2019 à Sarlat.
Clap du tournage de "La Révolution Française", de Jacques Malaterre, en octobre 2019 à Sarlat. © Florian Rouliès - France 3 Périgords
Tout le monde avait hâte de découvrir la Dordogne dans le dernier film de Ridley Scott, tourné en février en Périgord Noir. Il faudra attendre un peu : la faute au coronavirus, qui a interrompu le tournage de la superproduction hollywoodienne, qui devait se poursuivre en Irlande. Date de reprise : indéterminée.


Le Périgord privé de tournage

Si d’autres films étaient prévus dans le département en ce début d’année, tous ont été ajournés. Il y avait d’abord une histoire d’amour, un long métrage prévu au printemps ou à l’été : repoussé, sans doute à 2021.

Et puis il y avait aussi un court-métrage. Une histoire d’adolescents dans notre société contemporaine. Remis à plus tard, également.
Dans un château du périgord, le tournage d'un film consacré à la vie de Victor Hugo.
Dans un château du périgord, le tournage d'un film consacré à la vie de Victor Hugo. © Pascal Tinon - France 3 Périgords
 

« Pour l’instant, c’est trop compliqué. »

Même si le déconfinement approche, les acteurs, eux, ne sont pas près de revenir en Périgord. « Vous imaginez une histoire d’amour filmée en respectant les gestes barrières et la distanciation sociale ? plaisante (à moitié) Thierry Bordes, responsable du Bureau d’accueil des tournages en Dordogne. C’est trop compliqué. »

Derrière la boutade se cache une problématique complexe pour l’industrie du film : comment assurer les tournages sans mettre en danger les équipes ? Acteurs, techniciens, prestataires… les interactions sont nombreuses sur un plateau, et la promiscuité incontournable.

« Il y a bien sûr les acteurs, mais pas seulement : il y a beaucoup de matériel, d’accessoires qui passent de main en main. Il y a la coiffure, le maquillage, les costumes, qui demandent des contacts rapprochés. Et puis la cantine… »


Peut-être une reprise en septembre

Pour Thierry Bordes, aucun tournage ne peut être envisagé cet été : « Tant que nous ne connaitrons pas la méthodologie sanitaire à appliquer, on ne peut rien projeter». Il espère une reprise à partir du mois de septembre. « Cela dépendra des assureurs, car on ne peut pas commencer un film sans assurance… mais cela dépendra aussi des agents : les calendriers de comédiens sont chamboulés, il va falloir faire des choix. »
 
Thierry Bordes, responsable du Bureau d'accueil des tournages, au sein de l'association Ciné Passion en Périgord.
Thierry Bordes, responsable du Bureau d'accueil des tournages, au sein de l'association Ciné Passion en Périgord. © Thierry Bordes


De l’optimisme pour l’avenir

Malgré le confinement, le Bureau d’accueil des tournages en Dordogne est toujours actif. Comme beaucoup de monde, Thierry Bordes télétravaille : « Nous sommes très sollicités, je suis très optimiste pour l’avenir » assure-t-il.

Le contact avec les réalisateurs et les producteurs n’est pas rompu, même si les repérages ne peuvent pas se faire sur le terrain pour le moment.

« Heureusement, nous avons un fonds photographique conséquent pour présenter les lieux de tournage et les décors : nous travaillons sur de nombreux projets ».

Reste à savoir quand le feu vert sera donné pour rappeler les comédiens… et dans combien de temps ces derniers pourront de nouveau tourner une scène d'embrassade... sans masques.
 
En 2019, tournage d'un court-métrage en parallèle du festival de Sarlat.
En 2019, tournage d'un court-métrage en parallèle du festival de Sarlat. © Florian Rouliès - France 3 Périgords
Tournage d'un film de Jacques Malaterre en Périgord Noir : "La Révolution française".
Tournage d'un film de Jacques Malaterre en Périgord Noir : "La Révolution française". © Florian Rouliès - France 3 Périgords
En forêt, un tournage de science fiction, à l'automne dernier.
En forêt, un tournage de science fiction, à l'automne dernier. © Pascal Tinon - France 3 Périgords
Anny Duperey dans un épisode de la série Mongeville, tournée en 2018 à Pressignac-Vicq.
Anny Duperey dans un épisode de la série Mongeville, tournée en 2018 à Pressignac-Vicq. © Florian Rouliès - France 3 Périgords

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter