Labopéra : Carmen à Périgueux, l'apothéose de 8 mois de travail pour des centaines de périgourdins

Publié le Mis à jour le

Ces 2 et 3 avril prochains, l'opéra collaboratif Labopéra proposera la représentation de Carmen au Palio de Périgueux. La conclusion d'un long travail mêlant professionnels et amateurs locaux de l'art lyrique

Derniers tours de piste avant la grande première. La conclusion de plusieurs mois de travail pour des centaines de passionnés va trouver son aboutissement ce week-end. La salle du Palio de Périgueux-Boulazac accueillera les artistes et techniciens pour deux représentations publiques le 2 Avril à 20h et le 3 Avril à 16h. Cela fait 15 ans que l'association La Fabrique Opéra née à Grenoble œuvre pour impliquer des amateurs éclairés dans la conception et la représentation de pièces lyriques. À Périgueux, le Labopéra Périgord-Dordogne offrira ses trois représentations du Carmen de Bizet, le 1er avril pour la répétition générale avec les scolaires, puis les 2 et 3 avril 2022 pour les représentations en public.

Il reste encore des places qu'on peut réserver (vite) auprès du Labopéra Dordogne en remplissant un formulaire en ligne ou par téléphone au 09 72 31 82 00 jusqu'à demain jeudi de  10h à13h / 14h à17h  et vendredi  de 10h à13h. Enfin, on peut trouver des billets dans les billetteries habituelles. Plus de détail ici.

Mais en attendant le spectacle, la pression monte pour les 400 périgourdins qui verront le fruit de leur travail enfin exposé au public. Le pari du Labopéra Périgord-Dordogne d'impliquer des amateurs passionnés et des professionnels dans un spectacle lyrique commun va trouver son apothéose. 

Des costumes agenais

Le Carmen de Georges Bizet dirigé par Chloé Meyzie et adapté et mis en scène par Gersende Michel mettra certes en valeur les 10 solistes, le chœur et les musiciens, mais il ne faudra pas oublier les techniciens et costumiers.

Les costumiers sont notamment 24 étudiants d'une classe spécialisée dans la création de costumes de théâtre du lycée professionnel Lomet d'Agen. Ils ont confectionné les tenues des solistes. Dernières piqûres d'aiguilles et coups de ciseau sous le regard de Florian Rouliès et d'Anne-Laure Meyrignac

Une Carmen Périgourdine

Pour les deux solistes qui incarneront Carmen et Don José rencontrés par Florian Rouliès et Anne-Laure Meyrignac, le geste doit être parfait, l'attitude doit refléter l'intention, et la posture accompagner le chant. La Carmen est périgourdine. Astrid Dupuis est une encore jeune professionnelle, mais qui a toute sa place sur la scène des grands à en juger par les répétitions. Ce sera son premier rôle de cette importance. Face à elle, un professionnel. Pour Louis Zaitoun ce sera presque une promenade de santé, cet habitué de l'opéra de Lyon a déjà chanté Don José au Victoria Hall de Genève et à l’auditorium Stravinsky de Montreux.

La chorale : des amateurs de niveau professionnel

Le choeur composé d'amateurs a longuement travaillé. Une soixantaine de Périgourdins très motivés qui ont trouvé le plaisir d'un travail "de pro", une répétition suivie par Émilie Bersars et Bertrand Lasseguette.

Musiciens et choristes portés par un élan commun

Après avoir joué longuement, mais séparément, les musiciens et choristes ont dû apprendre à se connaître lors de répétitions communes intensives. Un travail de rodage essentiel sous le regard attentif de la directrice artistique Chloé Meyzie, pour que l'alchimie puisse prendre. Parmi les musiciens, des élèves et professeurs d'écoles de musique, parmi les choristes des retraités et des agriculteurs, et circulant dans tout ce petit monde, un enthousiasmant élan de joie capturé par Vanessa Fize et Florian Rouliès.

Le chœur des enfants, prouesses vocales

Carmen, c'est pas que pour les adultes. Écoliers et collégiens sont aussi de la partie, et ils donnent de la voix ! Un exercice exigeant qui demande à maîtriser sa respiration, se positionner correctement, connaître son texte par cœur et surtout le chanter juste, malgré le trac ! Ah, et il faut danser et bouger en même temps, bien sûr. Exigence de base pour pouvoir camper des gamins sévillans effrontés qui taquinent les soldats. Le jeu en vaut la chandelle, un opéra lyrique, c'est encore mieux qu'un spectacle scolaire de fin d'année ! Un reportage de Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette

Lycéens dans le décor

Côté décor, on a fait appel aux établissements d'enseignement technique et professionnel afin de concevoir des éléments de mise en scène et se charger de l'organisation.  Les effectifs du Lycée public professionnel Chardeuil des métiers du bâtiment de Coulaures ont sorti pinceaux, marteaux et ciseaux pour enchanter la scène du Palio. Travail aussi technique qu'artistique comme l'ont constaté Florian Rouliès et Pascal Tinon

Solistes sur le grill

Dans une carrière de chanteur lyrique professionnel, il est toujours valorisant de rajouter une ligne "Carmen" à son CV. Et pour cet opéra collaboratif, les candidats ne manquaient pas au casting, 7 mois avant de jouer la pièce. Une centaine de candidats-solistes s'étaient présentés aux auditions à Bergerac destinées à choisir les interprètes des 10 principaux rôles de la pièce. Casting suivi par Florian Rouliès et Delphine Roussel.