Place à l'Agri : l'opération séduction des agriculteurs dans cinq villes de France

Publié le

Les agriculteurs investissent cinq cités pour donner envie aux urbains de consommer, d'apprécier et, pourquoi pas, de travailler agriculture.

Ce n'est pas nouveau, en plus d'une politique agricole contraignante et d'une concurrence féroce, l'agriculture française souffre d'une image dégradée. Si la crise sanitaire a redonné le goût de la consommation locale et ouvert les yeux des consommateurs sur la richesse de notre agriculture, les pesticides, la condition animale, et les guéguerres entre néo-ruraux et les agriculteurs ont aussi creusé le fossé de l'incompréhension mutuelle. 

Avec un million de salariés, l'agriculture est le deuxième employeur de France. Mais le métier souffre d'un désamour et d'une image de pénibilité. Et les quelques réussites de reconversion d'urbains en milieu rural peinent à masquer la pénurie de main d'œuvre du secteur qui fait rage, à commencer par celle des saisonnier.

Des milliers d'emploi non pourvus

Fin 2021, la FNSEA affirmait que le monde agricole n'arrivait pas à recruter les 60 000 saisonniers dont elle avait besoin. Même les activités annexes comme les formations de maintenance agricole ne parviennent pas à trouver de nouveaux élèves. Rien qu'en Dordogne, le nombre d'agriculteurs a été divisé par 4 en 50 ans. Viticulture, maraîchage, aquaculture, production fruitière, élevage, les candidats qualifiés ou tout simplement motivés font défaut dans tous les secteurs.

Pourtant, que la campagne est belle

Bref, pour inverser la tendance, il est temps de montrer que l'agriculture n'est pas qu'un métier de misère réservé à ceux qui sacrifient leur vie pour survivre, mais aussi une formidable richesse potentiellement ouverte à tous, des emplois garantis et des salaires plus motivants qu'on pourrait le penser.

Former les agriculteurs de demain

L’Association Nationale paritaire pour l’Emploi et la Formation en Agriculture a été créée en 1992. Elle fédère une quarantaine de structures régionales et départementales et est gérée par des employeurs et des syndicats de salariés. Son rôle est de promouvoir les métiers et les formations de l’agriculture, développer l’emploi, et informer sur les besoins en recrutement de salariés agricoles.

Campagne de promotion de campagne

Pour redorer le blason de l'agriculture et, pourquoi pas, donner envie aux plus jeunes de s'investir dans ces filières. L'ANEFA et ses partenaires ruraux ont d'ordinaire recours aux campagnes de communication, aux forums emploi, visites de classes et d’exploitations, ou "job dating"… Visiblement pas suffisant.

Si tu ne vas pas à la campagne, la campagne vient à toi

Avec "Place à l'Agri", les professionnels ont choisi cinq centre-ville pour mener une nouvelle forme de campagne de promotion de l’Agriculture, de ses métiers et de ses produits. Pour faire plus moderne et faute d'avoir trouvé le terme dans notre pauvre langue française, les organisateurs appellent ce démarchage de rue du "street-marketing". Reconnaître une graine de soja d'une lentille, répondre à un quiz agricole, découvrir un produit inédit, le public s'y laisse prendre d'autant plus facilement que les animations sont assurées par des jeunes futurs agriculteurs et agricultrices en formation et très motivés.

durée de la vidéo: 01 min 05
Valérie Laffargue, responsable de l'ANEFA de Dordogne ©France 3 Périgords - Émilie Bersars & Camille Michelland

Le ballon d'essai a été lancé ce mercredi 23 mars  place du marché aux fleurs à Châlons en Champagne (51) et sur l'esplanade Badinter de Périgueux. Samedi 26 mars, Draguignan, Mâcon et Montauban seront à leur tour investies par les tracteurs.

Oser l'agriculture

Activités ludiques, découvertes des plantes et de graines, escape game, chasses aux trésors , courses de tracteurs, ou ateliers de dégustations, peu importe le vecteur, pourvu que le message passe, et que les passants "osent l'agriculture" et au moins, la regarder avec plus de bienveillance et d'envie.