Noyade. Alerte danger baïnes : trois choses à savoir pour se baigner à l'océan en Gironde

Publié le Mis à jour le
Écrit par CB

"Ne pas se baigner entre 12 et 17 heures ce mercredi", c'est l'injonction des élus des communes du littoral médocain inquiets après la journée dramatique de ce 17 mai. De forts courants sont encore prévus ce mercredi 18 mai et les plages ne sont pas surveillées en semaine. L'extrême prudence s'impose. On vous donne quelques conseils.

Ce mardi 17 mai a été dramatique sur la côte girondine. Deux personnes sont mortes noyées, un homme est porté disparu au Porge et d'autres incidents se sont produits dus le plus souvent à des courants de baïnes.

"Sept opérations ont été coordonnées par le Cross Etel concernant la baignade, majoritairement sur le département de la Gironde", explique Nicolas Renaud, Directeur du Cross Etel. Cinq opérations concernaient la Gironde, où des baigneurs en difficulté ont nécessité l'engagement d'un moyen aérien, Dragon 33, notamment pour les opérations de recherche du jeune homme toujours porté disparu.

Ce mercredi 18 mai est annoncé depuis plusieurs jours comme la journée de forte chaleur cette semaine et pourrait inciter beaucoup d'Aquitains à se rendre sur le littoral.

Une journée à haut risque

"N'allez pas vous baigner ce mercredi entre 12 et 17 heures", c'est, en gros,  le message des élus des communes du littoral médocains, qui se sont réunis ce mercredi matin. Ils sont inquiets suite aux drames de ce mardi et des noyades et divers accidents de baignade qui ont jalonné la journée.

Et c'est aussi le message d'appel à la vigilance de la préfecture de Gironde.

Selon Nicolas Arnaud, directeur du Cross Etel : "cette année est quand même particulière avec des conditions météorologiques spéciales. Il fait très chaud, les gens se baignent davantage et la mer reste froide : une température moyenne de l'eau de 15 °. Et on sait que les personnes sont plus rapidement en difficulté dans une eau froide. La houle est assez importante, à peu près deux mètres, et des coefficients de marées assez forts (autour de 100), donc des mouvements d'eau importants qui viennent renforcer l'effet de baïne. Les gens se trouvent plus rapidement en difficulté parce que, objectivement, le milieu maritime devient dangereux".

Il rappelle quelques conseils de bon sens : ne pas se baigner seul, bien observer la plage, ne pas s'éloigner du bord, se renseigner sur les risques relatifs à cette plage auprès des locaux. 

Ce mercredi, prudence

Ce mercredi, vous serez sans doute nombreux à vouloir vous rafraîchir, avec la chaleur qui devrait atteindre ce 18 mai 34° en Gironde. Et beaucoup d'entre vous n'ont qu'une envie : aller "piquer une tête" dans l'océan. Or, c'est la première erreur à ne pas faire. Car l'eau est donc encore fraîche en cette saison (15-16°) et le risque d'hydrocution n'est pas une vue de l'esprit.

Ensuite, on ne se baigne pas à l'océan comme à la piscine. Certains voudront nager, ce n'est pas possible avec les vagues, alors ils s'éloigneront du rivage. C'est aussi pour ces raisons que, sans s'en rendre compte, certains présument de leurs forces et sont "embarqués" dans un courant de baïne. 

Les témoignages sont nombreux, chaque année, de bons nageurs parfois, qui se sont laissés surprendre. Alors n'hésitez pas à vous souvenir de ces épisodes-là et de partager avec les plus jeunes ou les personnes qui ne connaissent pas ce phénomène.

Trois choses essentielles :

1- se renseigner sur la météo 

Quelle que soit l'activité (simple baignade, surf, kite, pêche sous-marine...), le réflexe est obligatoire : vérifier les conditions météorologiques. Car la prévision de fortes chaleurs, d'un temps orageux, de vent, de précipitations doit vous alerter pour prendre des dispositions particulières.

De même, les courants vont différer selon si la marée monte ou descend, selon le coefficient de marée également. Ces jours-ci, par exemple, les coefficients étaient forts (avoisinant les 100) et sont aujourd'hui entre 93 et 98 . Des chiffres qui restent importants.

On vous propose de vous renseigner :

Sur le site de Météo-France

Sur le site Marées-infos (ici pour Lacanau) où vous renseignerez le port le plus proche de votre lieu de baignade

2- se renseigner sur le site

Que vous choisissiez un lac des Landes, une plage sur le bassin d'Arcachon ou une plage océane, les circonstances de la baignade ne seront pas les mêmes.

Renseignez vous auprès du poste de secours si la plage est surveillée, de votre lieux d'hébergements, de l'office de tourisme, etc... sur la configuration de la plage, de ses courants, ses dangers. N'hésitez pas à questionner les habitués, les "locaux". 

3- s'interroger sur sa forme

La température de l'eau est basse, 15° environ, il fait chaud et peut-être êtes-vous fatigué en ce début de saison. Faites en fonction de votre forme, de votre ressenti aussi. Il est parfois bien agréable de simplement se rafraîchir en se laissant mouiller par les vagues. Cela permet également de sentir le courant sur nos jambes et d'expérimenter notre capacité à résister. Autant d'indices qui peuvent nous alerter sur la force de l'océan un peu plus loin.

Baïne, attention danger

De la même façon, Hervé Benachour-Teste, directeur adjoint SNSM Gironde, insiste sur le fait que nos plages girondines ne sont pas encore surveillées en semaine et, lui aussi, incite à la prudence de "ne pas se baigner" ce mercredi. 

En cette période, il n'y a pas de plages surveillées en semaine en Gironde, si ce n'est le week-end sur les plages centrales de Lacanau et Montalivet. Avec dans ces cas-là, une zone de baignade indiquée par des drapeaux rouge et jaune. Attention, c'est une nouveauté depuis janvier 2022, ces drapeaux remplacent les anciennes flammes bleu Marine qui encadraient la zone de baignade.

Il invite les visiteurs à venir au poste de secours quand la plage est surveillée. "Il y a des plans de plage qui sont actualisés à chaque fois. On indique où sont les courants. C'est pour ça que ce sont souvent des tableaux à la craie parce qu'on les fait varier au fur et à mesure de l'évolution de la plage. Là où on a une baïne en début de saison, on ne l'aura peut-être pas forcément en fin de saison".

Par ailleurs, suite à un groupe de travail avec la préfecture, l'an dernier, 350 panneaux ont été installés sur le littoral, le plus souvent sur les accès à des plages non surveillées. "Il est bien précisé la conduite à tenir quand on est pris dans un courant".

La SNSM appelle à la vigilance tout au long de l'année sur ces phénomènes de baïnes sur nos côtes atlantiques. Les courants de baïnes y sont très courants, créant une forte aspiration vers le large, en début et fin de marée, au descendant comme au montant.

La SNSM explique notamment sur sa page : "Si vous êtes pris dans une baïne ou une bâche, ne tentez pas de nager contre le courant. Laissez-vous porter par les flots, sans paniquer, tout en attirant l’attention des personnes sur la plage. Nagez parallèlement à la plage puis rejoignez la côte quand vous vous trouvez dans des eaux plus calmes".

Un autre phénomène, celui de bâche qui est tout simplement un isolement d'un banc de sable à marée montante.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité