"28 degrés à Strasbourg, en plein mois de décembre." Les prévisionnistes de Météo France en grève contre le recours aux algorithmes

Plusieurs prévisionnistes de météo France sont entrés en grève ce jeudi 22 février dans tout l’Hexagone. Ils manifestent contre le passage forcé d’un algorithme qui multiplie les erreurs, et militent pour une augmentation des effectifs.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Ce jeudi 22 février, devant le siège de météo France à Bordeaux, plusieurs prévisionnistes ont enfilé leur costume de gréviste. Munis d’un drapeau, de canelés et de café, ils ne sont qu'une petite dizaine à manifester leur colère ce matin, mais beaucoup plus à travers tout le pays. "On manifeste dans les sept grandes régions : à Bordeaux, Paris, Rennes, Strasbourg, Lille, Lyon et Aix-en-Provence", explique Tom (le prénom a été modifié), prévisionniste chez Météo France.


Les " Prévis", comme ils se surnomment, dénoncent la mise en place d’une automatisation des prévisions qui ne leur convient pas. Un algorithme qui provoque des erreurs fréquentes. "Un jour, ça nous a mis un 28 degrés à Strasbourg en plein mois de décembre". Ces algorithmes agacent les prévisionnistes, qui n'ont pas forcément la possibilité de corriger toutes les erreurs.

S’il y a une erreur, elle persiste, au mieux on peut modifier au bout de 3 heures. Ca nous rend frustrés, ça nous met en colère.

Tom

Prévisionniste chez Météo France


Les prévisionnistes militent pour la fin de cet algorithme mis en place mi-novembre.  " On veut pouvoir corriger cette base, revenir à ce qu’on faisait très bien avant ".

"On ne peut plus travailler sereinement, on ne tient plus"

Les effectifs de météo France n’ont cessé de se restreindre ces dernières années. Il y a eu une baisse de plus de 20 % des employés sur les 10 dernières années, pour atteindre 2 500 sur toute la France. Un nombre jugé insuffisant par les salariés qui ne parviennent plus à s’en sortir " 2 500, ce n’est pas assez, on ne peut plus travailler sereinement, on ne tient plus".
Météo France a tenté de combler ces baisses démographiques par la technologie en mettant en place ce fameux algorithme. Une décision qui était vouée à l’échec, selon les salariés qui veulent un retour de l’humain au premier plan des décisions : "on avait prévenu que ça ne fonctionnerait pas, on veut un réarmement démographique ".

Une direction sourde aux revendications selon les salariés

Toutes ces revendications ne sont pas nouvelles. Les salariés de Météo France dénoncent les manques d’effectifs depuis des années et militent contre l’automatisation depuis sa mise en place. Pourtant, malgré les plaintes successives de ses salariés, Météo France ne partage pas la même vision des choses " La hiérarchie pense que tout va bien, elle est sourde à nos revendications, j’estime que ce sont presque des insultes ", gronde Tom. Selon lui, l’entreprise se dit dans l’air du temps et estime que les manifestants s’accrochent à leurs habitudes.

On nous explique qu’on est contre le changement, alors que non, on veut juste que le changement apporte quelque chose.

Tom

Prévisionniste chez Météo France


C’est ce manque d’écoute qui a provoqué la colère des prévisionnistes pour qui la grève n’est pas un mode d’action habituel.  "Ça nous énerve de faire ça, ce n’est pas dans notre culture, nous, on est là pour aider les gens ".
Les grévistes profitent du mauvais temps qui sévit cette semaine en Nouvelle-Aquitaine pour accentuer l’efficacité de leurs actions, ils comptent faire grève jusqu’à ce dimanche 25 février.