Bordeaux : trains, bus, nouvelles gares... c'est quoi ce projet de RER métropolitain?

Des trains et des bus plus fréquents, de nouvelles lignes et gares ferroviaires : le futur RER métropolitain est sur les rails. Une concertation publique se déroule en ligne jusqu'au 19 novembre. Mais que contient au juste ce projet qui devrait être entièrement bouclé en 2030 ?

C'est un projet à 700 millions d'euros pour inciter les automobilistes girondins à préférer les transports en commun et pour optimiser les déplacements en train autour de l'agglomération bordelaise : le RER métropolitain devrait être opérationnel dans sa totalité en 2030.

Il prévoit de transformer l'actuel réseau ferroviaire en trois lignes principales qui traverseront Bordeaux pour desservir le territoire girondin, sans terminus à la gare Saint Jean comme c'est actuellement le cas.

L'une de ces lignes est déjà partiellement opérationnelle : elle relie Libourne à Arcachon en 1h30, sans changer de train à Bordeaux (avec un train par heure et par sens).
Suivront : 

  • Langon-Saint-Mariens-Saint-Yzan entre 2026 et 2028
  • Pessac - Bordeaux--Pointe-de-Grave entre 2028 et 2030

Des trains cadencés et de nouvelles gares

Pour réaliser ces dessertes transversales, le réseau ferroviaire actuel sera optimisé, sans rajouter de voies : d'importants travaux seront menés notamment en gare de Bordeaux Saint-Jean pour ajouter un quai et dans plusieurs dessertes sur les trajets. L'alimentation électrique du réseau devra aussi être modernisée voire créée.

Deux nouvelles gares seront réalisées : la halte ferroviaire du Bouscat avec son pôle d'échange multimodal devrait être mise en service fin 2023 et la gare de la Médoquine à Talence rouvrira en 2025 après 75 ans de fermeture.
Au total, 54 gares et haltes seront desservies à terme.

La modernisation du réseau ferroviaire pour ce projet de RER métropolitain vise à augmenter le nombre de trains en circulation. Leur fréquence sera accrue, toutes les 30 minutes.

En complément, une ligne express de cars à haut niveau de service relie Créon à Bordeaux en 50 minutes environ, avec un car toutes les 15 minutes en heures de pointe.

Une concertation publique en ligne

Une série de réunions publiques dans les communes desservies dans le projet s'est achevée. Avec parfois un constat amer des utilisateurs actuels des TER ou des automobilistes englués dans les bouchons pour rejoindre leur domicile hors métropole, par exemple dans le Médoc.

La concertation publique se poursuit en ligne jusqu'au 19 novembre pour ce projet de près de 700 millions d'euros, financé par la région, la métropole, le département et l’Etat.