• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Bordeaux: les Gilets jaunes auront interdiction de manifester dans l'hypercentre samedi

Image d'illustration / © MaxPPP- Bruno Levesque
Image d'illustration / © MaxPPP- Bruno Levesque

Dans un communiqué, la Préfecture de la Gironde a interdit les rassemblements des Gilets jaunes dans certaines rues du centre-ville le samedi 24 novembre. 

Par Margaux Dubieilh

Pas de cortège dans l'hyper-centre de Bordeaux. Dans un communiqué publié ce vendredi 23 novembre, la Préfecture de la Gironde est claire : de nombreuses rues et places de la ville seront interdites aux Gilets jaunes, qui avaient prévu de manifester ce samedi après l'appel national à la mobilisation. 
 

Périmètre défini

Le Préfet Didier Lallement a pris un arrêté qui définit un périmètre délimité par la place Tourny, le cours Georges Clémenceau, la place Gambetta, la rue docteur Nancel-Pénard, le cours d’Albret, le jardin de la mairie, la rue Élisée Reclus, la place Rohan, la place Pey Berland, le Cours d’Alsace et Lorraine, la rue Sainte Catherine et les allées de Tourny. 

Dans cette zone, "la tenue de cortèges, défilés et manifestations liés au mouvement des « gilets jaunes » " est interdite. 
 

Manifestations non déclarées

Une décision "pour garantir la sécurité des personnes et des biens", justifie la Préfecture, rappelant que le bilan humain depuis le 17 novembre est de 15 blessés et 61 interpellations en Gironde. 

Elle avance aussi que les appels à la mobilisation diffusés sur les réseaux sociaux n'ont pas fait l'objet d'une déclaration en Préfecture au moins trois jours avant la date de la manifestation. Enfin, elle précise que "l’hyper-centre de Bordeaux ne constitue pas un site approprié pour une manifestation non déclarée et sans organisateur". 

En effet, sans déclaration officielle, il est plus difficile de positionner les forces de l'ordre au bon endroit pour sécuriser le rassemblement, et ainsi éviter tout débordement. La Préfecture craint que la manifestation attire "des groupes ou groupements violents [...] qui chercheront à en découdre avec les forces de l’ordre et à commettre des dégradations de mobiliers urbains, de commerces et de véhicules."

Sur le même sujet

François Asselin - invité du 19/20 de France 3

Les + Lus