A Bordeaux, splendeurs et créations des ateliers de couture de l’Opéra sont dévoilées au grand public

"Imaginez-vous lorsqu'on vous demande de créer une robe qui pleure..."c'est le défi permanent des ateliers de couture de L'Opéra. Les plus belles pièces sont actuellement exposées dans leur écrin, un patrimoine éblouissant et un savoir-faire remarquable.  
© Anne Quimbre
Les costumes, les accessoires, les postiches permettent de sublimer le danseur, le chanteur, le comédien. Jean-Philippe Blanc est responsable des ateliers de création de costumes à l'Opéra. Depuis 25 ans, il fait bien plus que fabriquer et couper des patrons, son rôle est d'investir des corps. 

«Un metteur en scène va penser une production, le créateur de costumes pour sa part va venir avec des dessins mais il va falloir comprendre son univers car il travaille sans connaître le corps des artistes."

Jean-Philippe Blanc, responsable des ateliers de création de couture à l'opéra de Bordeaux

Expositions Métamorphoses des corps en scène à l'Opéra de Bordeaux
Expositions Métamorphoses des corps en scène à l'Opéra de Bordeaux © Eric Charbeau


"L'art et la manière de transformer les corps"

Jean-Philippe Blanc, reçoit des maquettes, il doit les lire, les décrypter et chaque créateur à un profil très différent. Une difficulté avec laquelle il faut composer. La magie de son travail est de passer du vœu pieu à une réalité magnifiée. Alors il ne s'en cache pas, il s'agit de s'incruster dans l'univers du concepteur et c'est pour cela, dit-il que ce métier est un support à énormément de fantasmes et de libertés artistiques 

«Un créateur peut avoir envie d’une héroïne avec tel ou tel corps mais la soprane n’aura pas nécessairement la morphologie attendue. Alors nous devons imaginer des détours, jouer sur des décolletés, des châles, dévoiler des petites coquetteries. Selon les choix du créateur on va ici resserrer des tailles, là amplifier des hanches.» 

Exposition Plus que Parfaits, Opéra de Bordeaux
Exposition Plus que Parfaits, Opéra de Bordeaux © Laurent Croizier

Il enchaîne en racontant toute la difficulté pour un costumier de répondre aux attentes du metteur en scène quelque soit ses exigences, exemple lorsque le ténor est très petit alors qu'il doit jouer un guerrier conquérant, le couturier va devoir trouver des astuces pour l’allonger, le rendre imposant avec des lignes de vêtements adaptées. Production après production les costumiers relèvent ces challenges. 

Imaginez-vous, lorsque l’on vous dit : il faut une robe qui pleure, et bien on se dit qu’est-ce qu’une robe qui pleure ? Comment fait-on ? Quel tissu va-t-on choisir, quelle couleur et quelle coupe va être celle d’une robe qui doit pleurer ?

Jean-Philippe ne se lasse jamais d'inventer, de chercher, de s'adapter à toutes les commandes et parmi les trésors des pièces existantes, il avoue qu'il garde une petite préférence pour la robe de Judith dans le Château de Barbe-bleue de Béla Bartok. Cette robe fait partie de l'exposition.

"Le costume révèle aussi une époque ou une esthétique, un milieu social ou une psychologie"

Laurent Croizier, Directeur Adjoint Développement et Communication de l'Opéra

Collection de costumes, accessoires, postiches... de l'exposition "Plus que Parfaits", Opéra Bordeaux
Collection de costumes, accessoires, postiches... de l'exposition "Plus que Parfaits", Opéra Bordeaux © Jean-Pierre Boisseau
Laurent Croizier se réjouit de pouvoir proposer au public une collection aussi riche tant sur le plan artistique qu'historique car cette exposition invite à comprendre comment le costume, l'accessoire, le renfort, la prothèse que l'on découvre dans l'exposition permettent d'aller au delà de la perfection. Laurent Crozier explique :

Le costume a une puissance de narration. La soie, le velours, les broderies, les incrustations de pierres précieuses racontent l’histoire d’un milieu fortuné : ce sont par exemple les habits de Philippe II dans Don Carlo. En revanche prenons le choix des vêtements très noirs, très sombres, avec toutes sortes de matériaux rugueux de Barbe bleu, ils permettent d'accentuer le côté terrifiant et terrorisant du personnage.

Une leçon d'anatomie 

Vanessa Feuillatte est Première danseuse à l’Opéra de Bordeaux. Elle est à l’affiche de productions prestigieuses. Roméo et Juliette, Giselle, Notre dame de Paris font partie de ses ballets fétiches. Pour la danseuse, le costume représente le moment où s'opére la bascule. 

A partir du moment où l’on commence à répéter avec un costume, c’est une métamorphose. Dans les ballets anciens notamment cela nous permet d’amplifier le caractère du personnage. Souvent il y a beaucoup de tulles, de volumes et malgré tout, c’est à partir de là que l’interprétation prend une autre dimension.

Vanessa Feuillatte, première danseuse à l'Opéra de Bordeaux
 

© Dave Gun
Pour l’artiste c’est un moment décisif même s'il ne s'agit que de tutus, il y en a des longs, des courts. Le vêtement est un support essentiel mais il va falloir être en accord avec celui-ci. Certes le costume est fait sur mesure mais il transforme la personne. Les pas du danseurs vont devoir s'adapter, ils vont être différents, les gestes des bras et du corps aussi. A juste titre, l'artiste parle de travail collectif, du 50/ 50.
La danseuse se rappelle l'importance de son habit dans le rôle de Giselle, un costume fait de tulle blanc, fluide, léger, une parure très aérienne avec de petites ailes, un moyen pour elle de l'aider à incarner un peronnage venu d'ailleurs.
  
Vanessa a l’habitude de travailler avec les couturiers de l’Opéra et avec le temps ils ont appris à répondre aux besoins très spécifiques de la danseuse.

J’aime les corsets très serrés pour être bien soutenue mais je préfère être desserrée au niveau de la cage thoracique, j'apprécie les décolletés pour que le port de tête soit bien mis en évidence. Il faut que je sois dégagée sous les aisselles pour avoir une amplitude dans les mouvements de bras. J'aime aussi être à l’aise avec un jupon.

Un patrimoine précieusement conservé et le devoir de préserver un savoir-faire 

Pour mieux comprendre ces histoires, celles d’artistes et d’artisans, celles de complicités et de rencontres de talents, l’Opéra de Bordeaux offre cette promenade estivale toutes portes ouvertes. La visite est conçue pour mettre en lumière, des oeuvres qui transcendent les corps et les identités.
© Eric Charbeau

Laurent Croizier revient sur l'esprit de l'exposition. Présenter ces pièces fait partie de la mission de l'institution.
Il précise combien ces oeuvres réalisées par des artisans hautement qualifiés devient exceptionnel.

Voir un costume à 10 mètres depuis la salle ou pouvoir l’admirer de près, en voir tous les détails, avoir le privilège de s'en approcher, cela change tout. Comme nous proposons des opéras, des ballets, des concerts, nous donnons à voir, ici, des pièces créées depuis 30 ans. Il s’agit de nos réserves anciennes et récentes. 

Il précise combien ces oeuvres réalisées par des artisans hautement qualifiés devient exceptionnel.

Aujourd’hui ce travail se fait uniquement dans nos ateliers ou les ateliers des maisons de haute couture. C’est un patrimoine précieux. Nous devons le protéger, le développer et nous avons le devoir de préserver ces techniques. Elles se transmettent d’artisans en artisans. Avec l’informatisation, l’automatisation et la robotisation, ce savoir-faire est de plus en plus rare.

L'Atelier de couture de l'Opéra de Bordeaux
L'Atelier de couture de l'Opéra de Bordeaux © Vincent Bengold

"Plus que parfaits, Métamorphoses des corps en scène", se découvre en déambulant, (post confinement oblige), au milieu d'étoffes, poils, faux culs, plumes, masques et dans un décor architectural propice aux plus beaux contes de fée.
 
 
Découvrez dans ce reportage les secrets des ateliers de couture de l’Opéra de Bordeaux



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
opéra culture musique art expositions événements sorties et loisirs coronavirus - confinement : envie d'évasion santé société déconfinement