Bordeaux : un restaurateur bordelais dénonce les méthodes d’Uber Eats

Avec le couvre-feu les restaurateurs sont obligés de faire appel à des plateformes de livraison. L’un d’entre eux dénonce les promotions proposées par la société Uber Eats, et les conséquences subies par ceux qui ne s’y soustrairaient pas.

Italo Passaro considère qu'il est nettement moins visible sur le site d'Uber Eats depuis qu'il a refusé d'appliquer une offre commerciale proposée par la plateforme.
Italo Passaro considère qu'il est nettement moins visible sur le site d'Uber Eats depuis qu'il a refusé d'appliquer une offre commerciale proposée par la plateforme. © FTV

La pizzeria d’Italo Passaro a été, selon lui, déconnectée du site internet de la plateforme d’Uber Eats. Impossible de récupérer les commandes passées sur le net pour ses pizze. « C’est déconnecté, je ne  peux pas recevoir les commandes aujourd’hui », constate-t-il devant son ordinateur où les messages « aucune commande en cours » et « ce restaurant est temporairement indisponible » s’affichent. Le restaurateur bordelais déclare que sa pizzeria est depuis quelques jours nettement moins visible sur le site d’Uber Eats. Il ne recevrait donc plus de commandes que par téléphone.

Depuis plusieurs jour le restaurateur ne reçoit plus de commande via le site Uber Eats.
Depuis plusieurs jour le restaurateur ne reçoit plus de commande via le site Uber Eats. © FTV

Un problème technique sur le site ? Le pizzaiolo n’y croit pas. C’est même selon lui la preuve flagrante de représailles de la part de la plateforme contre lui. Il estime avoir été puni pour avoir refusé une pratique commerciale proposée par la plateforme, à savoir « une pizza acheté = une pizza offerte ». Le restaurateur a décidé d’afficher ses convictions sur une pancarte à l’entrée de sa pizzéria. Une affiche qui prend la forme d’un coup de gueule.

Voici la pancarte qu'Italo Passaro a affiché à l'entrée de sa pizzeria.
Voici la pancarte qu'Italo Passaro a affiché à l'entrée de sa pizzeria. © FTV

« Moi ils m’ont fait travailler les deux premières semaines. La troisième semaine j’ai refusé de faire « une pizza achetée = une pizza offerte". Et la troisième semaine je n’ai pas travaillé.

Italo Passaro

Plus une seule commande via le site, assure Italo Passaro. Selon lui, de telles offres ne sont pas viables en pleine période de Covid et alors que les restaurants sont fermés. Et sans livreurs, impossible de vendre après 18h.

Contacté, la direction d’Uber Eats rappelle que « lorsque nous proposons qu'un restaurant participe à une opération, cela n'est en aucun cas obligatoire - le restaurant a toujours le choix ou non d'y participer et cela n'aura pas d'impact quant à la visibilité accordée au restaurant dans l'application".

Les restaurants qui participent à ce type d'opération peuvent être mis en avant dans la bannière située en haut de l'application mais quant à la visibilité du restaurant au sein de l'application, cela n'est pas altéré.

Uber Eats

Par ailleurs, Uber Eats affirme que « chaque restaurant peut également échanger avec un account manager dédié afin de lui faire remonter ses questions, problèmes ou encore retours liés à son activité ».

Dernier point de discorde entre la plateforme et certains restaurateurs : les frais de commission. Selon Uber Eats, depuis le 8 février dernier un « nouveau canal de vente » permet aux restaurateurs de « bénéficier de frais de service réduits à 10% jusqu’au 30 avril 2021, et qui s’élèveront ensuite à 15% de manière pérenne ». Italo Passaro affirme lui que le site prélève 30% sur chaque commande.

La plateforme basée en Californie estime qu’à ce jour 900 restaurateurs et commerçants utilisent l’application à Bordeaux.

Bordeaux : un restaurateur bordelais dénonce les méthodes d'Uber Eats

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie économie numérique