Gironde : c'est possible d'être mal ou non-voyant et de pratiquer la glisse avec See Surf

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie_Lou Briday (avec CLH et CR)

Être non-voyant et pouvoir surfer, cela paraît impossible. Pourtant, l’association See Surf le permet. Par petit groupe, elle propose aux personnes avec un handicap visuel aussi de profiter des sports de glisse lors de journées d’initiation.

C’est avec beaucoup d’émotion que Claudy Robin regarde les surfeurs d’un jour prendre la vague comme si leur handicap n’existait plus.

Lors de ces journées, ce sont des novices qui sont mis à l’honneur et sont accompagnés par des bénévoles pour apprendre le surf.

Claudy Robin est président de l’association See Surf qu’il a créé en 2012 dans le but de partager sa passion des sports de glisse. Mais avant tout pour prouver que le handicap n’est pas une barrière. 

J’ai voulu transmettre ma passion à des déficients visuels...Je suis un passionné de sports aquatiques et j’ai voulu leur faire voir que, malgré le handicap visuel, et l’isolement on pouvait pratiquer le surf en toute sécurité.

Claudy Robin, Président de l'association See Surf

Avec son équipe de bénévoles, il réussit à faire surfer des non-voyants. « On leur a permis de pratiquer un sport qui n’est pas du tout adapté à l’aveugle en mettant trois bénévoles autour et le See Surfeur peut surfer toute une après-midi en toute sécurité »

C’est pour faire face à l’isolement des personnes handicapées que Claudy s’engage à continuer ces journées de découverte.

« Le but après c’est d’inclure » 

Parmi les participants, Marion, 26 ans. Cette jeune femme non-voyante depuis ses quatre ans se déplace au quotidien avec un chien guide. Pourtant, lorsqu’elle est sur la planche, la liberté et les sensations prennent le dessus. 

C’est possible de faire du surf comme tout le monde, moi je me sens capable et puis je sens les sensations avec l’eau et les vagues.

Marion, surfeuse

A l’inverse de Marion qui vit avec ce handicap depuis de nombreuses années, il y a Camille. Jeune homme mordu de sports, il a perdu la vue il y a quatre ans. Depuis, il lui est difficile de goûter à nouveau aux plaisirs de ces activités. 

« C’est très bien mais c’est très frustrant » « Je constate que d’année en année, je suis quand même de plus en plus à l’aise » « le plaisir d’être dans l’eau »

Une fois sur la planche, c’est le bonheur de retrouver ces sensations perdues qui prime. 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité