• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Gironde : la sous-préfecture de Lesparre-Médoc incendiée

La devanture de la sous prefecture de Lesparre Médoc a été incendiée / © Sylvie Tuscq-Mounet / France 3 Aquitaine
La devanture de la sous prefecture de Lesparre Médoc a été incendiée / © Sylvie Tuscq-Mounet / France 3 Aquitaine

Les locaux de la sous-préfecture de Lesparre-Médoc ont été incendiés volontairement dans la nuit de mardi à mercredi. Aucun blessé n'est à déplorer mais les flammes et la fumée ont occasionné des dégâts matériels.
 

Par Maïté Koda

Les locaux de la sous-préfecture de Lesparre-Médoc ont été volontairement incendiés a indiqué la préfecture ce mercredi matin. L'incendie a été découvert vers 8 heures par les fonctionnaires. Les flammes étaient pourtant éteintes, mais ces derniers, qui ont pénétré dans le bâtiment par une porte dérobée,  ont été intrigués par l'odeur de fumée. C'est en s'approchant de l'accueil qu'ils ont découvert une vitre brisée et les traces de feu. 

"Aucune victime n'est à déplorer", précise la préfecture. En revanche, en raison des dégâts, l'ouverture des services au public n'est pas possible ce mercredi.
 
© DR
© DR



 Le préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, Didier Lallement, s'est rendu sur place ce mercredi midi afin de rencontrer les agents de la sous-préfecture.
 

 

Enquête en cours


Une enquête est en cours et comprend notamment l'étude des différentes vidéos de surveillance. A l'heure actuelle, aucun lien avec une action du mouvement des Gilets Jaunes n'est avéré. 


Sur Twitter, le député de la Gironde  Benoît Simian a condamné "ceux qui mettent le feu à notre République"  et "qui s'inscrivent dans un état insurrectionnel".


 

 

"Des actes très graves"

Le député, qui se rendait à Paris ce mercredi matin, a fait demi-tour pour aller, lui aussi sur les lieux de l'incendie. Il dénonce des actes "très graves", rappelant que des fonctionnaires,dont le sous-préfet, habitent sur place. 

"Nous recevons déjà des menaces, mais là ça devient très grave", estime l'élu LREM, qui déplore que "certains élus locaux ne jouent pas leur rôle et profitent du mouvement des Gilets jaunes pour attiser la haine". 

 
© France 3 Aquitaine
© France 3 Aquitaine

 

Sur le même sujet

Les travaux illéguax ont repris au lac de Caussade

Les + Lus