Gouvernement Attal. "C'est intéressant d'avoir Rachida Dati" pour le député Renaissance de la Gironde Eric Poulliat

replay

Député Renaissance de la sixième circonscription de la Gironde depuis 2017, Eric Poulliat se félicite du nouvel élan donné par le chef de l'Etat avec la formation du nouveau gouvernement. Le Parlementaire apprécie également le retour aux affaires de Rachida Dati.

Comme ses collègues du parti présidentiel, le Girondin a suivi avec beaucoup d'attention le changement majeur opéré par le président de la République cette semaine. Et Eric Poulliat se réjouit de la nomination du plus jeune premier ministre de l'histoire de la Cinquième République. "Je connais la valeur de Gabriel Attal. Nommer un Premier Ministre jeune, dynamique qui a envie de faire bouger les choses est un signal positif".

Le député Girondin se félicite également de l'arrivée de Rachida Dati, transfuge des Républicains au ministère de la culture. "Elle fait partie des gens de son camp qui ont une ambition et un avenir. C'est intéressant de l'avoir dans le gouvernement".

Colère du Modem

Et quid du mécontentement de François Bayrou qui jugerait ce gouvernement trop à droite ?

Le président du Modem et maire de Pau, dont le parti est membre de la majorité présidentielle, menace en coulisse de présenter sa propre liste aux élections européennes de juin prochain, "mécontent" de la composition du nouveau gouvernement, a relevé jeudi Franceinfo, de sources parlementaires. François Bayrou est notamment mécontent d'un gouvernement penchant trop à droite, selon lui. Parmi la nouvelle équipe gouvernementale, huit ministres ou ministres délégués ont fait leurs classes à droite.  Il a menacé d'engager des candidats pour le prochain scrutin de juin, les Européennes. 

" La place du Modem est importante. Avec la deuxième vague de nominations qui arrive, peut-être que ce parti retrouvera une place qui satisfera M. Bayrou". 

Dans Dimanche en Politique, Eric Poulliat, évoque les deux rapports parlementaires dont il est l'auteur, sur l'administration pénitentiaire et l'activisme violent dans le pays. "La violence politique augmente dans la société. Il existe trois grandes catégories d'activistes : l'ultra droite, l'ultra gauche et ce que j'appelle les sociétaux qui sont les plus actifs".