Jardinage : faut-il craindre les Saints de glace en dépit des grosses chaleurs annoncées ?

Publié le
Écrit par MK

Les 11, 12 et 13 mai, jours des Saint de glace sont traditionnellement annonciateurs d'une baisse des températures. Mais même si cette année la météo s'annonce radieuse, mieux vaut ne pas s'affranchir des conseils des anciens et patienter avant de commencer à planter et semer.

C'est une période redoutée de tous les jardiniers chaque années : les Saints de Glace. Le dicton annonce la couleur :  "Saint Servais, Saint Pancrace et Saint Mamert font à eux trois un petit hiver". Comprendre que, quelques soient les températures du début de printemps, un grand retour du froid, notamment nocturne, est à prévoir les 11, 12 et 13 mai.

Entre 24 et 28 degrés annoncés

Seulement, cette année, la météo annonce le contraire : en Aquitaine, selon les prévisions de Météo France, la semaine prochaine s'annonce particulièrement ensoleillée, et les températures oscilleront entre 24 et 28 degrés.

La question se pose alors pour les jardiniers en herbe : faut-il braver l'adage et profiter du week-end qui arrive pour mettre ses plants en terre ? Ce serait rompre avec la tradition. En effet, feuilles flétries ou plants qui grillent avec le gel... les toutes jeunes plantes et semis sont particulièrement vulnérables au grand froid, voir au gel des fameux Saints de glace. 

"Il ne faut jamais être pressé"

Michel Andrieu est le responsable de l'association des jardiniers de Saint-Médard en Jalles en Gironde. Ce passionné organise des ateliers pratiques et théoriques avec des jardiniers amateurs dans un jardin collectif.
Pour cet amoureux du jardinage, le savoir 
des anciens  reste d’actualité. "Il faut toujours se méfier des Saints de glaceCette année, ça ressemblera effectivement à des saints réchauffés, sourit-il. Mais il y a deux ou trois ans, les températures sont tombées à 2 ou 3 degrés et les plantes ne peuvent pas supporter les changements de température". Mieux vaut donc patienter.

Le jardinage c'est du temps, de la patience et de l'observation.   Il ne faut jamais être pressé, SI vous plantez mi mai, vous allez récolter deux ou trois mois après, ça ne fera qu'un décalage que de quelques jours. A mon sens, c'est plus prudent d'attendre

Michel Andrieu, association des jardiniers SMJ

Source : France 3 Aquitaine

Une recommandation à prendre au sérieux, d'autant plus que les chaudes températures annoncées sont valables en journée. En cas de nuit plus fraîche, les plants ou semis pourraient subir. "Ils n'aiment pas les variations  de température", rappelle Michel Andrieu. 

Pour ceux qui souhaiteraient s'affranchir de la sagesse traditionnelle, mieux faut envisager un minimum de sécurité. "Autrefois, on mettait des tuiles à côté des pieds, se souvient Michel Andrieu. Où alors on faisait des chapeaux  par exemple avec du papier journal roulé en cornet. Ces choses simples sont les plus efficaces". La pose d'ombrières, achetées ou fabriquées soit-même au moyen de toile de jute permet  également de protéger les plants à la fois du soleil et de la fraîcheur.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Xavier (@danscejardin)

Pour les moins équipés, la prudence recommande donc de patienter jusqu'au 15 mai, voire même jusqu'à la fin du mois. Car un dernier Saint, particulièrement frais, peut s'inviter dans le calendrier:  Saint Urbain, censé marquer la fin des gelées. Et  ce dernier  a aussi droit à un dicton : "Mamert, Pancrace et Servais sont les trois saints de glace, mais saint Urbain les tient tous dans sa main"