Législatives 2022. Quelles sont les consignes de vote des partis politiques pour le second tour en Aquitaine ?

Publié le Mis à jour le

Barrage anti-RN ou barrage anti-Macron, poids du vote blanc ou nouvelle progression de l'abstention, toutes les combinaisons sont possibles pour créer la surprise. Il va encore falloir être patient pour connaître le nom de son député au second tour en Gironde, Dordogne, Lot-et-Garonne, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

Les états-majors politiques sont fébriles. Anti-RN ou Anti-Macron, le choix des électeurs des candidats éliminés au premier tour dimanche soir sera déterminant.

Il tranchera entre deux, voire trois candidats encore en lice comme en Lot-et-Garonne, qui s'illustre par deux triangulaires, ou encore en Dordogne.

Suspens dans tous les camps

En Dordogne, Lot-et-Garonne, en Gironde surtout, tous les députés qui avaient profité de la vague en faveur du parti d'Emmanuel Macron en 2017, juste après la Présidentielle, ne sont pas tous assurés de regagner leur fauteuil. 

Leur sort dépend du report des voix et l'écart est parfois ténu en tête de peloton. 

Face au Rassemblement national, un cas emblématique, celui du nord Gironde ( 11e). Véronique Hammerer, députée LREM, est en difficulté face à la patronne du RN, Edwige Diaz, qui ne cesse de prendre du poids dans son parti auprès de Marine Le Pen.

Là, très près derrière, le candidat de la NUPES, le LFI Mathieu Caillaud, a clairement dès dimanche soir demandé qu'il n'y ait pas une seule voix donnée au RN. " Pas une seule voix à Edwige Diaz, nos valeurs ne nous permettent pas ça" a déclaré le candidat NUPES. "J'ai confiance pour un réveil, un sursaut" ajoute-il à l'issue de sa défaite. Une attitude conforme aux messages adressés par les responsables de l'union au plan national depuis dimanche soir. 

"Je juge les effets de ces appels inefficaces" estime pour sa part Edwige Diaz en commentant ces appels à ne pas voter pour elle, ou pour l'un des candidats RN.

Les électeurs sont assez grands pour savoir ce qu'ils ont à faire.

Edwige Diaz - candidate RN 11e circo de la Gironde

Source : France 3 Aquitaine (contactée au téléphone)

De même, et en toute logique, pas de consigne de la part du Rassemblement National "On n'en donne pas, à titre personnel, je voterais blanc" si la candidate qui a le vent en poupe avait dû se trouver dans cette situation. 

Blanc, c'est le choix également du vote du député sortant LREM Olivier Damaisin déjà éliminé dès dimanche soir. Un choix personnel qui n'engage que lui, alors qu'un duel RN en tête face au candidat de la NUPES se présente à l'est du département du Lot-et-Garonne. Il pèse 20 % des suffrages à l'issue du premier tour, 7802 voix. 

Face au RN

Le référent de la République en Marche Gironde, Aziz Skalli, n'est pas du même avis que son voisin du Lot-et-Garonne pourtant du même parti.

Sa position était attendue notamment là où la candidate Majorité présidentielle (Horizon) a été évincée dès le premier tour dans le Médoc.

Karine Nouette-Gaulain " ne s'exprime pas aujourd'hui" sur le sujet selon sa collaboratrice contactée ce lundi. Aziz Skalli a clairement appelé à faire barrage au RN. 

En clair aussi : pas de démobilisation, la partie n'est pas gagnée. La consigne vise aussi bien sûr les électeurs de la 8e, 10e et 11e où les députés LREM sortant affrontent le RN. Et le front anti-macron est une crainte persistante. " Un vote contestataire NUPES peut se reporter sur le RN" analyse Aziz Skalli qui d'expérience est assez vigilant sur le report des voix.

Nous appelons aussi, sans aucune ambiguïté à faire barrage partout aux candidats du Rassemblement National dans les quatre circonscriptions où ils sont qualifiés, pas une seule circonscription ne doit être laissée au camp de la haine.

Aziz Skalli - Référent La République En Marche Gironde

Communiqué de presse

Les socialistes de Gironde font de même dans un communiqué ce lundi.

"Là où le RN est présent, elle appelle tous les électeurs de gauche à faire barrage à l’extrême-droite et dénonce le « cas par cas » annoncé par « Ensemble ! » en rupture avec le front républicain. Par ce manque de clarté, le président Emmanuel Macron portera la responsabilité de l’élection de certain.es député.es RN."

Les faiseurs de roi de la gauche 

Ils faut les compter parmi les abstentionnistes, ceux-là même que les candidats de la NUPES comme Jean-Marc Lespade dans les Landes espère décider à se déplacer  au second tour. "Jouer la gagne, faire basculer la circonscription à gauche" explique-t-il enthousiaste ce lundi matin sur le marché de Soustons.

Celui qui est aussi maire communiste de Tarnos imagine parmi eux une réserve de voix, ceux qui pourraient avoir un réflexe de dernière minute. 

Le référent LREM Gironde, Aziz Skalli, sait aussi qu'il y a un risque de rejet du candidat LREM au profit de la gauche. Le front anti-macron peut aussi jouer, surtout sur les secteurs où les Gilets Jaunes ont été très actifs. 

Et les électeurs RN ou Reconquête ! vont peut-être vouloir jouer un rôle dimanche prochain même si leur candidat n'est pas qualifié.

Les faiseurs de roi sont aussi au Pays basque les candidats du mouvement abertzale Eh Bai. Leur poids électoral, de 9 à 15 % des voix au premier tour, pourrait faire la bascule et déstabiliser Florence Lasserre et Vincent Bru les sortants de la majorité présidentielle. Ou encore Annick Trounday d'Ensemble ! sur la 4e, là ou se joue la succession de Jean Lassalle.  

Pour l'heure pas de consigne de vote affichée de ce mouvement, Eh Bai, présent dans toutes les circonscriptions du pays basque, se donne le temps de la réflexion.

Car tout en étant force de gauche historiquement, le mouvement basque défend des valeurs qui ne sont pas toujours partagées par les forces présentes au sein de la Nupes. Et c'est bien ce que relève Eh Bai. 

" En tant que mouvement de gauche, sur les questions sociales, sociétales et écologiques, nous savons faire la différence entre le programme politique de la NUPES et celui d’Ensemble. A ce titre, nous ne renvoyons pas dos à dos les candidat. es qualifié.es au second tour."

Nous encourageons les électrices et électeurs à se déterminer en fonction des propositions programmatiques des candidat.es qualifié.es au second tour. En l’état actuel des choses, nous ne donnons aucune consigne de vote. 

EHBai

communiqué de presse

Patience donc, ces jours-ci à l'occasion de rencontres ou de tractations, de nouvelles consignes peuvent voir le jour. Mais les électeurs auront toujours quoi qu'il en soit le dernier mot dans les urnes ou au contraire en les boudant. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité