Les châteaux de l'appellation Blaye-côtes-de-Bordeaux dévoilent "les coulisses des vendanges"

Une trentaine de châteaux vous accueillent les 4 et 5 septembre dans leurs propriétés. Après deux années difficiles, les vignerons en Blaye-Côtes-de-Bordeaux ont voulu partager la fête des vendanges et recréer du lien avec leurs clients.

Patrick Penaud est heureux de revoir ses clients. Sans hésiter, il a accepté d'ouvrir les portes du domaine que sa famille exploite depuis cinq générations

Depuis deux ans, on était sevré de toute manifestation. On apprécie toutes les occasions pour pouvoir retrouver notre clientèle autour d’un moment festif."

 

Comme lui, ils sont une trentaine de châteaux à ouvrir leurs portes pendant deux jours. Au programme :  visites, dégustation et animation. 

Chez Patrick Penaud, par exemple, vous pourrez participer au choix du nom de la dernière cuvée grâce à un concours. 

"Ils pourront faire marcher leur imagination après dégustation" s'amuse Patrick Penaud 

 

 

Le vigneron installé à Saint-Caprais de Blaye reconnaît avoir été sceptique : "on allait être en plein préparatifs des vendanges". Mais depuis ce matin, il voit défiler un flux continu de clients habituels qui n'avaient pas encore eu l'occasion de visiter le château. 

L'offre est inédite. Mais privée depuis deux ans du "printemps des Vins de Blaye-Côtes-de-Bordeaux annulé en raison de la pandémie de la Covid-19, l'appellation veut "continuer à communiquer de toute les manières possibles, fidéliser les clients et jouer la carte locale alors que l'export reste compliqué" explique Thibaut Layrisse directeur du Syndicat viticole

Et pour "être dynamique, se montrer,  faire tout ce qu’on peut pour essayer de vendre", le syndicat a décidé de multiplier les petites manifestations. Les vendanges, moment festif, semblaient opportunes selon Thibaut Layrisse : 

Rien de tel pour raviver le cœur des gens, les attirer dans les vignes, les sortir des villes, les détourner de la morosité ambiante

L'occasion aussi de rappeler que la viticulture est un métier agricole rythmé par le temps.  Et cette année, il a été particulièrement capricieux. La récolte 2021 sera d'ailleurs "la plus faible du siècle dernier et du siècle actuel", selon Jean-Marie Fabre, le président national des Vignerons indépendants

La météo en plus de la crise sanitaire. L'appellation Blaye-Côtes-de-Bordeaux et ses propriétés majoritairement familiales n'ont pas été épargnées. Elles ont aussi souffert commercialement. Les deux dernières années ont été "compliquées" admet le directeur du syndicat. Surtout pour des vignerons qui vendent le 2/3 de leur production directement à des particuliers, des cavistes ou des restaurateurs. 

 

Il y a toujours 50% de fréquentation en moins dans les restaurants. Certaines frontières sont toujours fermées à l'export. Il n'y a plus de salons, plus de tournées dans de nombreux pays, plus d'événements où ils pouvaient vendre"

Patrick Penaud exploite 21 hectares en rouge et 7 hectares en blanc. Il a réussi à "garder la tête hors de l'eau" en se réinventant :  

Toute la partie professionnelle, c'était très compliqué. Les restaurateurs étaient fermés, les cavistes ouverts mais ils ont travaillé dans une proportion moindre. Pour la clientèle particulière, il a fallu innover, organiser des drives, se déplacer pour des livraisons à domicile pour pouvoir vendre un peu de vin. Ca a pris beaucoup de temps mais on a réussi à faire 80 % de ce qu’on faisait sur les salons en se déplaçant. 

Une agréable surprise pour Patrick Penaud ravi de partager à nouveau sa passion avec ses clients, et leur permettre "de mieux comprendre notre métier, de pouvoir donner une image plus précise quand ils dégustent le vin"

 

 

 

 

 

L'appellation Blaye-Côte-de-Bordeaux en chiffres

450 vignerons travaillent 6 000 hectares sur 41 communes

280 000 hl produits par an, soit 35 millions de bouteilles. 

90% en vin rouge, 10% en vin blanc

85% des ventes en France, l'appellation est la 5e appellation en vin rouge commercialisée en France

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vins culture gastronomie covid-19 santé société