• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Lutte contre l'homophobie : un passage piéton arc-en-ciel inauguré à Bordeaux

Le passage piéton se trouve en plein centre-ville / © Timothée Velarde - France 3 Aquitaine
Le passage piéton se trouve en plein centre-ville / © Timothée Velarde - France 3 Aquitaine

Ce vendredi 17 mai sera la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie. A cette occasion, la ville de Bordeaux, a inauguré un passage piéton arc-en-ciel, symbole du plan d'action mis en œuvre pour lutter contre les discriminations.

Par Maïté Koda et Karine Rongba

Les couleurs de l'arc-en-ciel au pied du Grand théâtre. C'est un passage piéton particulièrement coloré qui a été inauguré ce mercredi matin par Marik Fetouh, l'adjoint au maire de Bordeaux en charge de l'égalité.



Le passage piéton, qui doit rester en place quatre mois minimum, a été mis en place sur le Cours du Chapeau rouge à Bordeaux. Un passage purement symbolique, qui ne remplace pas un passage piéton classique, la réglementation imposant que ces lieux de franchissement restent blancs.
 

Symbole d'inclusion

Mais ce symbole annonce le plan d'action mis en place par la ville de Bordeaux pour lutter contre l'homophobie et la transphobie. "C'est un symbole d'inclusion, (…) pour dire que chacun et chacune a sa place dans l'espace public, quelque soit son orientation sexuelle ou son identité de genre", a expliqué Marik Fetouh.


La municipalité a mis en place un plan regroupant 20 actions pour lutter contre les discriminations homophobes et transgenre, après avoir obtenu les résultats d'une enquête lancée en novembre sur les discriminations perçues par les personnes LGBT dans Bordeaux. 
 

83% des sondés victimes d'une agression homophobe

Des résultats alarmants : alors que 1 600 personnes ont participé à l'enquête, 83% des sondés expliquent avoir subi une agression, une injure ou un cas de harcèlement en lien avec l'homophobie ou la transphobie dans les douze mois précédent l'enquête. Les témoins d’agressions transphobes sont moins nombreux (53%) que les témoins d’agression envers les gays ou lesbiennes(environ 70%).

Dans certains cas, précise les enquêteurs, les témoins deviennent acteurs par leur passivité ou leur ricanement. Un phénomène également observé dans les autres grandes villes de France.    


Selon l'association bordelaise LGBT+, le Girofard, le nombre d'agressions est en augmentation depuis l’adoption du mariage pour tous. D’où cette volonté de mise en place d'actions de sensibilisations , telles que la formation et la sensibilisation des agents de la ville et des personnels de santé. 
 

Un guide pour aider les victimes

Un guide contre les agressions homophobes doit également être édité. Elaboré en collaboration avec l'association Flag, il doit "donner des outils simples aux personnes victimes d'agression homophobes", explique Laurent Turbiez délégué régional de l'association Flag, tels que les numéros utiles, ou encore les démarches à accomplir pour le dépôt de plainte… 
"On effectue également un travail de sensibilisation auprès des commerçants de Bordeaux, pour leur expliquer leur responsabilité, qu'ils doivent surveiller qu'il n'y ait pas d'agression à la sortie de leurs bars par exemple."


Formation des agents municipaux

En cas d'agression homophobe, un des premiers interlocuteurs de la victime reste la police ou la gendarmerie. Et là aussi, le besoin de formation se fait criant. L'association Flag se déplace dans  les de police et de gendarmerie. "On explique aux futurs policiers et gendarmes comment il faut se comporter lorsqu'on prend la plainte d'une victime de LGBTphobie". 

Une formation qui sera déclinée auprès de policiers et agents municipaux de Bordeaux dès la rentrée de septembre. "C'est important de changer le regard des gens par rapport aux transgenres et aux homosexuels en général". Le plan prévoit également le financeement de cours de self défense et la prise en charge des jeunes LGBT+ en conflit avec leur environnement. 




 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le S'Coolbus testé, avec enthousiasme à Tocane St Apre

Les + Lus