Vins du Languedoc transformés en Bordeaux : la Confédération paysanne dénonce le silence du CIVB

La confédération paysanne réagit aux révélations de fraude concernant 4 200 hl de vins du Languedoc, vendus comme des Bordeaux entre 2012 et 2014. Elle dénonce l'inertie du Conseil interprofesisonnel des vins de Bordeaux (CIVB) qui n'a pas porté plainte.

Par Maïté Koda

C'est le site Vitisphère, spécialisé dans le vin qui a révélé l'affaire le 23 novembre. Une fraude réalisée entre 2012 et 2014 sur des vins du Languedoc, transformés en vins AOC bordelais, qui concerne  pas moins de 4 200 hectolitres.
 
Cette fraude aux vins, achetés dans le Languedoc et devenus, par la magie de la falsification de documents des vins de Bordeaux, concernent plusieurs groupes et coopératives de la Gironde.
 

Faux documents électroniques

Pour mener à bien leur supercherie, les acheteurs auraient falsifié les documents d'accompagnement électroniques, empêchant ainsi la traçabilité des vins.  
La fraude qui concerne 4 200 hectolitres de vin modifiés entre 2012 et 2014, implique des "transformation" en AOC Bordeaux, Bordeaux supérieur, Pomerol, Margaux, Pauillac et Saint-Julien. Un tour de passe-passe, facilité par l'entremise d'un négociant-commissionnaire, et  permettant de multiplier parfois jusqu'à 10 fois la valeur d'un lot.
 

Pas de plainte

 
Et pourtant, aucune plainte n'a été émise. C'est ce silence qui offusque la Confédération paysanne de Gironde. Dans un communiqué, cette dernière dénonce l'inaction du CIVB, le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux, et de l'ensemble de l'interprofession.
 
La confédération s'étonne d'assister "à un drôle de manège, une course où chacun rivalise d'ingéniosité pour faire traîner l'affaire et surtout les poursuites. On pourrait presque croire que ce qui est recherché, c'est la prescription des faits",  dénonce-t-elle.
 
 

Ne pas porter plainte contre une fraude pareille, c'est réduire à néant l'image des appellations de Bordeaux dont les ventes s'effritent déjà en grande distribution. C'est jeter nos cotisations par la fenêtre.

 
Le syndicat appelle la CIVB, la Fédération des grands vins de Bordeaux (FGVB) et les appellations victimes de fraude de déposer plainte devant le procureur de la République de Bordeaux. "Le contraire pourrait passer pour de la forfaiture pure et simple".

Voir le reportage de France 3 Aquitaine



Fraude au vin de Bordeaux : la Confédération paysanne dénonce

 

Sur le même sujet

Darmon Etiquettes mise sur le luxe

Près de chez vous

Les + Lus