Violences, abus sexuels, fugues... au foyer de l'enfance d'Eysines dénoncent les salariés

2 pétitions et une lettre ouverte ont été envoyées à l'Elysée, aux responsables politiques, sanitaires, aux médias... et Conseil Départemental de Gironde qui gère le foyer. Les signataires décrivent une situation insoutenable dans un lieu où des enfants, en grande souffrance, devraient être protégés

Par CA

"Les enfants sacrifiés de la République", c'est ainsi qu'ils commencent leur lettre ouverte. 

La dizaine d'employés du centre départemental de l'enfance et de la famille d'Eysines, en banlieue bordelaise, parle d'une "situation dramatique" et d'une "violence omniprésente". 

Des "agressions physiques, coups, morsures" entre enfants et sur le personnel, des "abus sexuels entre usagers" se seraient multipliés et intensifiés ces derniers temps. Dans leur pétition, ils disent "comptabiliser 34 passages à l'acte graves sur les soixante derniers jours". 

Le centre d'Eysines accueille une centaine de jeunes de moins de 21 ans, placés par l'administration ou par la justice. Tous sont en grande difficulté sociale et/ou psychologique.

"Nous sommes en situation de non-assistance à personne en danger" affirment les signataires, Ces enfants "vivent et subissent parfois des violences familiales graves" expliquent-ils, "ils sont accueillis au CDEF pour être protégés, rassurés et bénéficier d'une prise en charge éducative rassurante". 

Certains enfants, souffrant de pathologies psychiatriques lourdes, seraient difficiles à contenir et "sont un danger pour eux-mêmes et pour les autres enfants accueillis" précise encore la pétition.

L'équipe éducative subit "un épuisement" caractérisé par une succession d'arrêts maladies. Elle demande des moyens supplémentaires et mieux adaptés pour "garantir la sécurité des enfants et des salariés".

Le conseil départemental, qui a déjà reçu les salariés, reconnaît la complexité de la situation. Emmanuelle Ajon, la vice-présidente de l'institution chargée de la protection de l'enfance, nous expliquera quelles sont les mesures prévues pour y faire face.

Un reportage de Serge Guynier et de Pascal Lécuyer
avec des interviews de Fatima Lagrebi, aide médico-psychologique à la petite enfance et Emmanuelle AJON, vice présidente du département de la Gironde en charge de la protection de l'enfance et de la promotion de la santé


Violences, abus sexuels, fugues... au foyer de l'enfance d'Eysines dénoncent les salariés
2 pétitions et une lettre ouverte ont été envoyées à l'Elysée, aux responsables politiques, sanitaires, aux médias... et Conseil Départemental de Gironde qui gère le foyer. Les signataires décrivent une situation insoutenable dans un lieu où des enfants, en grande souffrance, devraient être protégés



Emmanuelle AJON, vice présidente du département de la Gironde en charge de la protection de l'enfance et de la promotion de la santé précise la position du département et revient sur les circonstances de ces agressions au sein de cet établissement d'Eysines
Interview d'Emmanuelle Ajon, Vice présidente du département de la Gironde en charge de la protection de l'enfance et de la promotion de la santé
L'élue précise la position du département et revient sur les circonstances de ces agressions au sein de l'établissement d'Eysines charhé de recueillir des mineurs





Reportage, témoignages et réactions à venir dans le 19/20 en Aquitaine.



Sur le même sujet

La première Maison Départementale de Santé de Dordogne

Les + Lus