Cet article date de plus de 4 ans

Los Angeles : Une Girondine sacrée meilleure entraîneuse de chevaux au monde

C'est une histoire peu banale : celle d'Élisabeth Bernard. Cette Girondine vient de recevoir le titre de meilleur entraîneur, femme, au monde, de chevaux de courses. Elle officie à l'hippodrome de la Teste de Buch (Gironde). Portrait.
durée de la vidéo: 02 min 11
Une Girondine sacrée meilleur entraineur de chevaux au monde à Los Angeles ©France 3 Aquitaine
Tôt le matin, 7 jours sur 7, Élisabeth Bernard prend les rênes de son écurie de chevaux de course. Première étape, s'assurer de la santé des 52 purs sangs arabes dont elle a l'entière responsabilité : "on a une indication de la température constante chez un cheval et dès qu'il y a une hausse, on est alarmé et à ce moment-là, on est vigilant. On fait venir le vétérinaire, le cheval ne sort pas. Puis si jamais la température continue à augmenter, il est tout de suite isolé pour essayer de ne pas contaminer le reste de l'effectif", explique cette entraineuse.

Élisabeth, passionnée de chevaux et compétitrice depuis son plus jeune âge. Pendant 31 ans, elle a accompagné son mari lui-même entraîneur, aujourd'hui disparu : "à sa disparition assez brutale, j'ai été obligée de passer l'examen. A 60 ans, je suis retournée à l'école et j'ai donc eu cette licence d'entraîneur qui m'a permis de continuer à exploiter l'entreprise de mon mari".

Ses patrons sont des éleveurs français et de riches propriétaires du Golfe persique : les Émirats, l'Arabie saoudite et le Sultanat d'Oman.

"Ce sont des gens, malgré ce que tout le monde pense, qui sont très modernes dans leur tête et qui n'ont pas d'a priori contre les femmes non plus, ce qui est une bonne chose. Parce que ce métier a été pendant très longtemps misogyne. Et le monde musulman montre qu'il admire autant les capacités qu'elles soient chez les femmes ou chez les hommes", affirme Élisabeth Bernard.

Le 1er avril dernier, à Los Angeles, elle a été sacrée "Meilleur entraîneur femme de chevaux de course". Au palmarès, 23 victoires l'an dernier sur 60 courses, en France et à l'international : "nous avons été reçues comme des princesses. C'est quand-même un endroit mythique dans un théâtre mythique et cela fait une petite bulle dans le monde pendant 3-4 jours, c'est très bon pour le moral".

Objectif de cette année : maintenir l'activité au top niveau, conserver la confiance des propriétaires et pourquoi pas, en attirer quelques-uns grâce à ce nouveau trophée prestigieux.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
portrait cheval animaux sorties et loisirs sport équitation