Le plan de modernisation des réacteurs nucléaires : "un rafistolage dangereux", estime le réseau Sortir du nucléaire

Le réseau Sortir du nucléaire estime que le plan de modernisation des réacteurs français, le "grand carénage" d'EDF, vire "au carnage". Cette réaction fait suite à l'incendie à la centrale nucléaire de Paluel en Seine-Maritime et à l'évacuation à deux reprises de la centrale nucléaire du Blayais. 

Dans la nuit de jeudi à vendredi, un feu s'est déclaré dans l'unité de production numéro 2, une des quatre de la centrale nucléaire normande. Il était localisé dans la salle des machines, dans la partie non nucléaire des installations, et a touché un condenseur, dont le rôle est de refroidir la vapeur sortant de la turbine.

Le réseau Sortir du nucléaire insiste dans son communiqué sur le fait "qu'il aura fallu 71 pompiers et plus de six heures" pour "maîtriser le feu". "Un incendie aussi long, avec fusion de métaux, est un événement rare qui en dit long sur la gravité du problème".

Le Réseau rappelle que cet incendie fait suite à l'évacuation à deux reprises en une semaine, en juin, de plus d'une centaine de personnes travaillant à la centrale nucléaire du Blayais en Gironde, à la suite de problème d'étanchéité de leur chantier.

"Ces exemples suffisent à démontrer que le +Grand Carénage+ risque de virer au grand carnage".


Le grand carénage est le plan de de 55 milliards d'euros d'investissements d'EDF prévu jusqu'en 2025 pour moderniser les 58 réacteurs nucléaires français en vue d'une prolongation de leur durée de vie au-delà de 40 ans.

"Plutôt que de mener ce rafistolage inutile, coûteux et dangereux, il faut mettre en oeuvre en urgence la sortie du nucléaire, en commençant par l'arrêt des réacteurs de plus de 30 ans", conclut le réseau.