Cet article date de plus de 6 ans

Les chauffeurs UberPop indésirables en Gironde

Trois chauffeurs d'UberPop ont été interpellés le week-end dernier à Bordeaux alors qu'ils allaient prendre en charge des passagers. L'activité UberPop, offre de co-voiturage payant entre particuliers, est interdite dans le département par arrêté préfectoral en date du 10 février. 
Les passagers avaient chacun réservé leur trajet via l'application UberPop installée sur leurs smartphones. Espérant se faire conduire d'un endroit à un autre pour un coût bien moindre que s'ils avaient pris un taxi. 

Mais suite à une vive protestation des chauffeurs de taxis professionnels, dénonçant une concurrence déloyale, le Préfet de Gironde a décidé d'interdire l'offre UberPop dans le département. 

Ces interpellations sont les premières depuis l'entrée en vigueur de l'arrêté préfectoral.

Les trois conducteurs interpellés ont été entendus au commissariat. Leurs dossiers ont ensuite été transmis au parquet pour "analyse" en vue de poursuites éventuelles.

Le 10 février dernier, la ville de Bordeaux avait été bloquée par plusieurs centaines de taxis manifestant contre la concurrence déloyale de la société UberPOP.

Le préfet de la Région Aquitaine et préfet du département de la Gironde, Michel Delpuech, avait pris le soir-même un "arrêté de police générale, valable sur tout le département de la Gironde", interdisant "l'activité illégale dite UberPop". 

Depuis novembre, des contrôles ont entraîné une dizaine de procédures. Le préfet a demandé que ces contrôles soient multipliés et que des procédures soient systématiquement transmises à l'autorité judiciaire pour qu'elle leur donne "les suites appropriées".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société taxi