Bougrain-Dubourg face aux chasseurs : une histoire télévisuelle de prés de 28 ans

© France 3
© France 3

C 'est désormais devenu un rituel : comme tous les ans, Allain Bougrain-Dubourg va au front. Il  reçoit insultes et quolibets, parfois même des volées de bois vert, des claques, des œufs,  sur ces terres de tradition de chasse comme le sont le Médoc et les Landes.

Par KJ

C 'est ce qu'on appelle en terme journalistique : un joli  "marronnier" ! Retour donc sur le début de ces affrontements saisonniers au pays de la Palombe et de la Tourterelle. ll aura donc fallu prés de 35 ans d'un combat déterminé porté d'abord par Antoine Reille puis Allain Bougrain Dubourg, présidents de la LPO, pour voir, en 2005, enfin stoppée, la chasse pour certains, du braconnage pour les autres, de la tourterelle des bois au printemps dans le Médoc (Gironde).

Ses adversaires lui reconnaîtront au moins cette qualité : la constance. Allain Bougrain-Dubourgl est (et reste) la cible préférée des chasseurs. Et le journaliste-réalisateur n'a jamais renoncé. L'indignation lui sert de carburant. Il ferraille contre les préjugés, ou supposés tels, et dénonce les passe-droits.

Les chasseurs dénoncent eux de leur côté l'ingérence de stars médiatiques parisiennes venus "faire leur show". Ils revendiquent haut et fort le principe de la nécessaire pérennité de pratiques de chasses. L'identité d'un groupe sur un territoire se nourrit par des usages et coutumes. Et la chasse participerait de cette symbiose. Deux conceptions donc , deux vérités qui s'affrontent sous l'oeil des caméras. Depuis prés de 30 ans maintenant.

Les chasseurs de tourterelles sur la défensive
Premier mai 1989 : Images de la bagarre entre Alain Bougrain-Dubourg et les chasseurs malgré l'interdiction de la chasse
Ouverture de la chasse à la tourterelle le 2 mai 1989
le jour de l'interdiction des chasseurs en viennent aux mains avec des militants de la LPO et de la Sépanso

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus