L'opération séduction de Port-Médoc

Le port médocain doit appliquer une politique tarifaire avantageuse pour louer ses 800 places à quai. D'autant que des travaux d'extension vont augmenter sa capacité d'accueil à 1 100 unités. Mais la marina a de beaux atouts. 

Le port de plaisance est accessible à tous les moments de la marée.
Le port de plaisance est accessible à tous les moments de la marée. © Cherel Ronan : Maxppp
Le plus récent et le plus important port de Gironde ne fait pas le plein. Peu de marinas peuvent en dire autant en France. A Arcachon par exemple, il faut attendre plusieurs décennies pour une place à quai. Pour attirer de nouveaux plaisanciers, la structure du Verdon-sur-mer a baissé ses tarifs d'un tiers ces dernières années (de 1 000 à 2 000 euros/ans jusqu'à 12 mètres). L'opération a été couronnée de succès puisque 300 emplacements ont trouvé preneur en deux ans. 

Port-Médoc accueille surtout de petites unités. La moitié des embarcations (1/3 de voiliers pour 2/3 de bateaux à moteurs) ne dépasse pas les 9 mètres. La situation géographique du port explique en partie la taille de la flotte. Les plaisanciers naviguent ou pêchent majoritairement dans l'estuaire et s'aventurent peu en haute mer. 

Dans un marché de la plaisance en crise, Port-Médoc tire son épingle du jeu. Mais les tarifs raisonnables sont une nécessité alors que des travaux d'extension sont programmés et porteront la capacité d'accueil de la marina à 1 100 anneaux. 


Voyez ce reportage de Laurence Pourtau et Didier Bonnet avec les explications de Jean Baptiste Lunet, le directeur de Port-Médoc:
Port-Médoc

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie