Choubeurrepomme à Eymoutiers, une pâtisserie à l'accent russe

© F3 Limousin
© F3 Limousin

Notre page économie, cette semaine, est consacrée à la pâtisserie Choubeurrepomme, à Eymoutiers, reprise il y a 3 ans par Natalia Raboisson, originaire de Russie, qui s'est reconvertie dans la pâtisserie en arrivant en France.

Par Gwenola Beriou

Aujourd'hui, on se presse chez Natalia, dans sa petite pâtisserie joliment baptisée "Choubeurrepomme". Mais cette réussite est l'aboutissement d'un parcours semé d'embûches... et de courage pour cette jeune femme originaire de la Mer Noire.

Infirmière en Russie, elle s'est installée en France en 2007, à Eymoutiers, où son mari est vétérinaire.
Son projet alors : reprendre une pâtisserie. Natalia a suivi une formation de gestionnaire d'entreprise et décroché un CAP de pâtissière en alternance.
Elle a dû aussi batailler pour convaincre les banques, frileuses quant à son manque d'expérience dans le métier.

Mais aujourd'hui, "Choubeurrepomme" est une petite entreprise qui marche. Elle emploie 4 salariés et 2 apprentis, et réalise un chiffre d'affaires de 187 000€. Un deuxième point de vente a été ouvert.
Natalia propose une pâtisserie créative et revisitée.

Il faut utiliser les meilleurs produits qui existent pour jouer avec les textures et les goûts. Pas trop sucré, léger... Comme par exemple "Fraîcheur citron".

Et de conclure avec sa devise : 

"Qui ne prend pas de risques, ne boit pas le champagne !", comme on dit en Russie.

 

Page économie : la pâtisserie Choubeurrepomme
Cette pâtisserie d'Eymoutiers a été reprise il y a trois par une ancienne infirmière russe, qui a suivi un parcours de reconversion. Reportage de Philippe Tanger et Nassuf Djailani.

Sur le même sujet

Fraude à la licence IV : les commerçants de Sarlat s'inquiètent

Les + Lus