Jugé à Limoges pour un commentaire sur Facebook

Serge Quadruppani (au premier plan), Joseph Kacem et leur avocate / © Valérie Agut - France 3 Limousin
Serge Quadruppani (au premier plan), Joseph Kacem et leur avocate / © Valérie Agut - France 3 Limousin

Serge Quadruppani, écrivain renommé résidant à Eymoutiers, a comparu ce vendredi 17 novembre pour une menace… de tarte à la crème.

Par François Clapeau

« Je suis venu pour voir jusqu’où on peut aller dans le ridicule, dans une affaire qui n’a aucune base sérieuse. » Serge Quadruppani donne le ton alors qu'il comparaissait pour une menace... d'entartage de bâtiment avec son collègue Hoseph Kacem. Une situation qu'il qualifie d'"ubuesque".

Les faits se sont déroulés au printemps 2016. Serge Quadruppani, auteur de romans policiers résidant à Eymoutiers, commente une publication sur la page Facebook d’un ami, Joseph Kacem.

Ce dernier, écrivain à Alès, avait publié un article d'un journaliste du Midi-Libre qu'il jugeait absurde. Les commentaires des internautes pleuvent sur le ridicule du papier du Midi-Libre. Serge Quadruppani, collègue de Joseph Kacem appose son propre commentaire et propose de répondre avec une tarte à la crème.

Une menace "sans danger pour les personnes"


La blague n’a pas fait rire le journaliste qui, se sentant humilié, décide de porter plainte. A la demande du Midi-Libre, la page Facebook a été supprimée.

C’est pour ces quelques mots que Serge Quadruppani et Joseph Kacem ont comparu devant le tribunal de police de Limoges.  L'écrivain limousin a dénoncé une enquête aux moyens démesurés par rapport à l’importance des faits. « Je suis accusé d’avoir menacé d’entarter un bâtiment, sans danger pour les personnes. », rappelle-t-il.

Finalement, le procureur n'a recquis qu'un euro de dommages et intérêts. Le tribunal rendra sa décision le 19 janvier.

Serge Quadruppani, jugé à Limoges pour un commentaire sur Facebook
Intervenants : Serge Quadruppani, écrivain limousin / Joseph Kacem, écrivain d'Alès - Gwenola Beriou, Valérie Agut, Nicolas Stil

Sur le même sujet

Pau : un migrant en justice pour ne pas être transféré vers l'Italie

Près de chez vous

Les + Lus