Limoges : la clinique du Colombier en ruine vaut 2 millions d'euros

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabrice Bidault avec Martial Codet-Boisse

Du nouveau dans le dossier de l'ancienne clinique du Colombier à Limoges. La cour d'appel de Bordeaux a fixé à 2 millions d'euros le coût de la préemption pour la ville, 4 fois plus que l'estimation initiale. La mairie pourrait renoncer, laisser un promoteur privé racheter le site pour le transformer en logements.

La chambre de l'expropriation de la cour d'appel de Bordeaux a estimé à deux millions d'euros la clinique du Colombier de Limoges, abandonnée depuis huit ans

C'est aussi le montant estimé par le propriétaire, la polyclinique de Limoges. Une décision qui intervient après cinq ans de bataille juridique entre la polyclinique et la ville. La municipalité avait préempté le site avec l'espoir de le racheter au prix de 500.000 euros, soit quatre fois moins. Ce  montant avait été fixé par une première décision de justice à Limoges en 2018.

A l'époque, cette démarche était d'abord destinée à empêcher la vente à un promoteur immobilier voulant y installer un magasin discount. In fine, le projet a été abandonné mais d'autres promoteurs immobiliers ont, depuis, fait des offres d'achat.

L'un d'entre eux, LP Promotion, a même déposé et obtenu le feu vert de la mairie pour sa demande de permis de construire. Le projet, encore tenu secret, est de transformer l'ancienne clinique en résidence de logements.

La mairie de Limoges pourrait donc renoncer à son droit de préemption et laisser la transaction s'effectuer entre la polyclinique et le promoteur privé. Une décision qui devrait soulager bon nombre de riverains de l'ancienne clinique. Le site est régulièrement le théâtre de vandalisme et deux personnes y ont trouvé la mort ces dernières années.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité