• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Assises de la Haute-Vienne : 5 ans de prison pour avoir tué son mari violent

La salle du tribunal avant le verdict à Limoges du procès de cette mère de famille accusée d'avoir tué son mari / © Isabelle Rio
La salle du tribunal avant le verdict à Limoges du procès de cette mère de famille accusée d'avoir tué son mari / © Isabelle Rio

Avec 5 ans de prison dont 2 avec sursis, les jurés n'ont pas suivi les réquisitions de l'avocat général qui réclamait 7 ans d'emprisonnement. Un verdict qui clôt, ce mercredi 21 mars, le procès de cette mère de famille, accusée d'avoir tué son mari d'un coup de fusil en juin 2013 à Limoges.

Par Martial Codet-Boisse

Le verdict est tombé peu avant 17 heures ce mercredi 21 mars : 5 ans de prison dont 2 avec sursis, 3 ans avec aménagement de peine mis en place avant la fin de l'année. Il y a un mandat de dépôt, l'accusée repart en prison. L'énoncé du jugement n'a, dans un 1er temps, provoqué aucune réaction avant que la famille ne comprenne et s'effondre. En fin de matinée et jusqu'en début d'après-midi, les plaidoiries des deux avocats de l'accusée ont notamment souligné le contexte de violences conjugales et familiales dans cette affaire. Des circonstances atténuantes qui pourraient expliquer que les jurés n'aient pas suivi les réquisitions du procureur de la République qui réclamait 7 ans de prison ferme.

Un meurtre sur fond de violences conjugales


Après 3 jours de procès aux Assises de la Haute-Vienne, la principale question était de savoir si Fatia Taoui avait tiré volontairement sur son mari ce soir du 27 juin 2013, dans leur appartement du Val de l'Aurence à Limoges. A la barre, l'accusée avait raconté les violences répétées physiques et mentales, le sentiment de se sentir en danger, de devoir protéger ses enfants.

Plusieurs coups de fusil


Lors des auditions, il est ressorti que 4 coups de feu avait été tirés avant que le père ne s'effondre touché mortellement au thorax par une balle de la carabine. L'homme était décédé peu après d'une hémorragie pulmonaire. Fatia Taoui encourrait une peine de 30 ans de réclusion criminelle.




Le direct de ce procès aux Assises de la Haute-Vienne par Isabelle Rio :





A lire aussi

Sur le même sujet

Plantation de vignes sur l'îl de Ré

Les + Lus