Noël et confinement : boom des colis postaux au centre de tri Limoges

Face à l'afflux des commandes en ligne, la Poste recrute 90 personnes en CDD en Limousin. 15 000 à 30 000 colis sont traités chaque jour en ce mois de novembre. Des volumes historiques pour le centre de tri de Limoges.

15 000 à 30 000 colis sont à traiter chaque jour au centre de tri de Limoges
15 000 à 30 000 colis sont à traiter chaque jour au centre de tri de Limoges © FTV - André Abalo
Dès 6h du matin, c'est une effervescence inédite à la platefome de tri de la Poste de Limoges. Un flot incessant de colis arrive à quai. Les volumes acheminés sont historiques.

Quand on ouvre les portes du camion et que les colis commencent à tomber partout...c'est qu'il y en a beaucoup !

Aymeric Nadaud, agent courrier au centre de tri de Limoges

Ici en temps normal, 7 000 colis sont traités chaque jour. En ce moment, les chiffres peuvent grimper jusqu'à 16 000. Du jamais vu dès le mois de novembre.

"Habituellement, notre pic d'activité tourne autour du 15 décembre...Aujourd'hui, nous sommes déjà à un pic d'activité. Par rapport à une fin d'année habituelle, on a 15 jours à 3 semaines d'avance !" explique Eric Rigaud, le directeur de la plateforme multiflux La Poste à Limoges.
Boom des colis postaux en Limousin
Pour répondre aux volumes de travail, 40 intérimaires ont été recruté à Limoges, 90 en Limousin. Les équipes sont ajustées pour préparer les tournées. Un rythme effréné pour les salariés.

"C'est la course ! C'est la folie ! On embauche 1 heure plus tôt pour faire en sorte de partir un peu plus tôt sur le terrain !"

Sabine Passera, opératrice colis au centre de tri de Limoges

Avalanche de colis également pour les sociétés de transport
Avalanche de colis également pour les sociétés de transport © FTV - André Abalo

Une recrudescence des colis qui se fait également sentir dans les sociétés de transport. La société O'Secours basée à Limoges a constaté 30% d'augmentation de son chiffre d'affaires depuis le 1er confinement.

"Il a fallu augmenter les effectifs et prendre un salarié supplémentaire pour pouvoir écouler tous ces colis, tous ces flux." Fabien Genty, directeur général entreprise O'Secours.

L'annonce par le ministre de l'économie Bruno Le Maire du report du "Black Friday" du 27 novembre au 4 décembre devrait encore accentuer cette situation d'engorgement à l'approche de Noël.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie confinement santé société coronavirus/covid-19