• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Bruno Genest, maire de Condat-sur-Vienne, mis en examen pour viol et violences conjugales

Bruno Genest, maire DVG de Condat-sur-Vienne / © Archives France 3 Limousin
Bruno Genest, maire DVG de Condat-sur-Vienne / © Archives France 3 Limousin

Le maire de Condat-sur-Vienne, Bruno Genest (Divers Gauche), a été mis en examen dans la nuit du 21 au 22 mai 2019 à l'issue de sa présentation devant un juge d'instruction. Il est poursuivi pour viol et violence conjugales. 

Par Hélène Abalo

Bruno Genest a quitté le bureau du juge d'instruction vers 4h ce mercredi matin, 22 mai 2019. Le maire DVG de Condat-sur-Vienne a été mis en examen pour viol par conjoint et violences habituelles par conjoint avec une ITT inférieure ou égale à 8 jour. Les violences sont qualifiées d'habituelles lorsqu'elles sont fréquentes. Il s'agit d'une circonstance agravante. 

Son avocat nous confirme qu'il s'agit d'une procédure lancée après le dépôt d'une plainte par la compagne de Bruno Genest. Son client réfute formellement ces accusations qui relèvent, toujours selon son avocat, d'une "affaire exclusivement privée".

"La mise en examen n'est pas en soi quelque chose de totalement péjoratif. C'est le moment à partir duquel on peut commencer à se défendre utilement. Il me semble que la juridiction a bien entendu nos arguments."
 
Maître Philippe Clerc, avocat de Bruno Genest

Bruno Genest a été laissé libre, sous contrôle judiciaire, avec une mesure d'éloignement. 

Les faits de viol remonteraient à plusieurs années. A ce stade de la procédure, Bruno Genest est toujours présumé innocent. 

La compagne de Bruno Genest, à l'origine de l'affaire est une femme de nationalité thaïlandaise. Elle a contacté un avocat il y a un an déjà et le dépôt de plainte est une "décision courageuse" selon Maître Guillaume Laverdure. Sa cliente n'a pas été encore entendue par le juge d'instruction. Elle a été prise en charge par les services sociaux. 

"Ma cliente est chamboulée. Elle a du mal à comprendre tout ce qui se passe et elle a peur (...). Elle m'a dit qu'elle avait été victime de violences depuis un certain nombre d'années. Cette mise en examen n'engage rien sur la culpabilité de monsieur, mais cela prouve que le juge d'instruction a suffisamment d'éléments pour poursuivre les investigations".  
 
Maître Guillaume Laverdure, avocat de la compagne de B.Genest

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le concours de peinture du Cadre d'or à Périgueux

Les + Lus