Cabaret de Limoges : le Tapis Rouge en grandes difficultés à cause de la crise sanitaire

Alors qu'il faisait salle comble depuis plusieurs années, en pleine expansion, en plein succès, le Tapis rouge, le cabaret de Limoges, est aujourd'hui au bord du gouffre. En cause : la crise sanitaire, des restrictions drastiques et un chute vertigineuse des réservations.

Le Tapis Rouge mis en grande difficultés par la crise sanitaire
Le Tapis Rouge mis en grande difficultés par la crise sanitaire © Tapis Rouge
240 000 euros de perdus, depuis le début de la crise, "et ce n'est pas terminé" précise Rémi Pleindoux le gérant du Tapis Rouge à Limoges

Les salariés en CDI sont en chômage partiel, les habituels intérimaires ne sont pas là et les artistes sont payés la moitié de leur salaire habituel. 

Et pourtant le restaurant music-hall continue de tourner, chaque jour. Avec l'espoir d'un mieux.

"On a tout organisé pour respecter le protocole sanitaire. Les tables sont espacées, la distanciation est bien là. Les serveurs sont masqués. Tout est désinfecté, il y a du gel hydroalcoolique partout. Mais le problème c'est que les gens ne viennent plus. Soit ils ont peur de sortir de chez eux, soit ils ont pris de nouvelles habitudes ou sont en télétravail par exemple en ce qui concerne les clients du restaurant à midi."

Résultat à midi alors que d'habitude le restaurant sert une soixantaine de convives, aujourd'hui c'est grand maximum vingt couverts.

Quant aux soirées-spectacles, qui font toute la particularité du Tapis Rouge et bien elles sont désertées.
 

Tous les autocaristes, les clubs de séniors, les Comités d'Etablissement ont annulé leurs réservation. Cela représente 3500 couverts annulés jusqu'à la fin de l'année, des couverts à 70 euros de moyenne.

Rémi Pleindoux, gérant du Tapis Rouge


Et aucun moyen de se diversifier. "Je pourrais faire un dancing, mais les gens n'ont pas le droit de danser, je pourrais donner un one man show mais je ne pourrais pas faire payer les gens le même prix".

D'autre part, dès le 1er octobre les prêts accordés par l'Etat en début de crise vont devoir être remboursés. "L'unique solution pour nous serait que le gouvernement demande aux banques de repousser d'un an les emprunts accordés en mars pour seulement 6 mois. Il faudrait que ce système perdure une année de plus."
 
Les spectacles sont assurés comme si la salle était pleine.
Les spectacles sont assurés comme si la salle était pleine. © Tapis Rouge


Habituellement le Tapis Rouge enregistre entre 8000 et 10 000 clients par an, cette année ce sera le tiers. 10 places par semaine, c'est la moyenne actuelle depuis la réouverture le 5 septembre. Pourtant dès le vendredi soir, la scène s'éclaire, les artistes sont bien là même devant 10 personnes, en attendant des jours meilleurs. Arriveront-ils ?

"Je me suis engagé à payer les artistes pour les 3 mois à venir. Avec un forfait diminué de moitié. Ils assurent deux spectacles pour le salaire d'un seul. Mais si après ces trois mois il ne se passe rien et bien je suis ruiné".

Trois mois pour trouver des solutions, trois mois pour qu'il se passe quelque chose. Sinon l'établissement fermera tout simplement ses portes.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
idées de sorties sorties et loisirs culture crise économique économie