La Calandreta de Limoges en route vers une nouvelle aventure

Non la Calandreta de Limoges, l'unique école occitane de tout le Limousin, ne fermera pas ses portes. Elle vient de traverser une nouvelle crise, mais elle en s'en relève et accueillera bien des élèves à la prochaine rentrée.

© PHOTOPQR/L'INDEPENDANT
Ce qui est certain, c'est que la petite école occitane, la seule sur tout le territoire du Limousin, va devoir déménager. Ce n'est pas grave, ce n'est pas la première fois.

Le réseau des Calandretas a été créé en France en 1979, autour de l'amour de la langue occitane, de l'envie de la transmettre aux jeunes générations. Autour également d'un projet pédagogique s'inspirant de la méthode Freinet, conduisant les enfants à acquérir une plus grande autonomie, encourageant l'entraide et la coopération. En France, la confédération compte 64 écoles, 4 collèges, 1 lycée, elle accueille près de 4 000 enfants.

Un seul établissement en Limousin donc, ouvert à Limoges en 1994. L'école accueille aujourd'hui 32 enfants de la petite section de maternelle jusqu'au CM2. "L'occitan fait partie de nos racines, je l'ai toujours entendu dans ma famille, il est important pour moi que mon fils connaisse cette langue. Il la parle avec ma grand-mère" nous explique Sonia Dubois, maman d'un élève. "Ce sont les méthodes pédagogiques et les petits effectifs de l'école qui m'ont séduite. Dans la classe ils fonctionnent comme une petite démocratie, ils apprennent à s'entraider, à avancer ensemble. Mon fils adore son école, il adore y aller. Elle lui a donné confiance en lui et l'a ouvert sur le monde, explique Anne Chancelier, elle aussi parent d'élève. 

Accumulation de problèmes

Des crises et des tempêtes, elle en a traversé beaucoup la Calendreta de Limoges. Elle a déménagé de la route de Toulouse à Landouge par exemple, elle est aujourd'hui sise rue Emile Zola. Plus pour très longtemps, elle doit rendre les locaux le 6 juillet. Trop de loyers impayés. Plus de locaux. Problème numéro 1.

Et puis mi-juin lors d'une réunion du conseil d'administration, composé de parents d'élèves, ceux-ci apprennent que les deux institutrices ne renouvèleront pas leur contrat, peur de l'avenir de l'école, pas envie de prendre la responsabilité de la diriger. Plus d'enseignant, problème numéro 2.

Face aux deux premiers problèmes, de nombreux parents d'élèves craignent une fermeture de l'établissement, alors, pour ne pas se retrouver sans école à la rentrée, ils inscrivent au plus vite leurs enfants dans d'autres écoles de Limoges. Problème numéro 3, seule une poignée d'élèves restent attachés à la petite école occitane.
 

Et finalement, la solution

Face à cet enchaînement de déconvenues, le conseil d'administration choisit de céder la main à la confédération des Calandretas qui accepte bien évidemment de venir à la rescousse de la petite structure.

C'est Cristela Simonato qui est désormais en charge de l'administration de l'école limougeaude :  "C'est l'unique école du Limousin, hors de question que nous la laissions tomber ! Elle doit exister ! Je comprends la lassitude des parents d'élèves dans sa gestion. Alors nous allons les aider pendant une année de transition, afin qu'ils composent une nouvelle équipe et repartent sur de bonnes bases." 

Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, voilà que les efforts des parents d'élèves et de la confédération se voient récompensés. La mairie de Limoges, soutient pleinement la petite école et se propose même de la reloger dès la rentrée prochaine.
 

Quoi qu'il en soit, même si nous n'avions qu'une poignée d'élèves, l'école ouvrirait à la rentrée c'est certain.

Cristela Simonato, confédération des Calandretas


En ce qui concerne les institutrices démissionnaires ? Là encore la confédération règle le problème. "Le recrutement de nouveaux enseignants est en cours à l'échelle de tout le mouvement. Il sera finalisé le 18 juillet. Nous avons des candidatures" rassure Cristela Simonato. Reste à trouver de nouveaux élèves, pour renforcer les effectifs. "C'est le moment de venir nous rencontrer, de venir nous rendre visite, de découvrir les méthodes pédagogiques. Nous sommes une grande famille à la Calandreta" insiste Sonia Dubois, maman d'élève. Et Cristela Simonato de confirmer : "J'ai sous les yeux un mail de demande d'inscription à la Calandreta de Limoges. Nous avons des demandes pour la rentrée prochaine. Mais quoi qu'il en soit, même si nous n'avions qu'une poignée d'élèves, l'école ouvrirait à la rentrée c'est certain.

Dans les tous prochains jours, une convention devrait être signée avec la mairie de Limoges afin de finaliser l'installation dans de nouveaux locaux.

Voilà une nouvelle tempête brillamment traversée par nos petits occitanistes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société occitan culture culture régionale
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter