Covid-19 : des activités sportives et culturelles pour les enfants qui ne sont pas accueillis à l'école

Le dispositif "2S2C" (Sport, Santé, Culture, Civisme) permet aux collectivités locales de proposer des activités sur le temps scolaire pour les enfants qui ne sont pas accueillis à l'école. Une convention était signée à Boisseuil, près de Limoges, ce jeudi 4 juin 2020.
Au programme des "2S2C" ce jeudi matin à Boisseuil : du step !
Au programme des "2S2C" ce jeudi matin à Boisseuil : du step ! © G.Bériou - France Télévisions

A Boisseuil, petite commune de 3000 habitants au sud de Limoges, 80% des élèves sont accueillis dans l'unique école depuis le déconfinement.
80%, certes, mais pas à temps plein. Les élèves d'élémentaire sont accueillis un jour sur deux, et pour les enfants de maternelle c'est un jour sur trois.

Mais dès le 11 mai 2020, la commune a proposé une solution d'accueil alternative, dans le cadre des "2S2C", un dispositif gouvernemental dont peuvent se saisir les collectivités territoriales.

Les enfants sont accueillis au centre de loisir pendant le temps scolaire, et se voient proposer des activités correspondant au dispositif, dans les domaine du sport, de la santé, de la culture et du civisme.
Une convention a été signée ce jeudi 4 juin entre le maire et l'inspectrice d'académie pour officialiser sa mise en place.
 

Le nouveau maire de Boisseuil, Philippe Janicot, et l'inspectrice d'académie de la Haute-Vienne, Jacqueline Orlay, signent la convention "2S2C".
Le nouveau maire de Boisseuil, Philippe Janicot, et l'inspectrice d'académie de la Haute-Vienne, Jacqueline Orlay, signent la convention "2S2C". © G.Bériou - France Télévisions


Au programme de ce jeudi par exemple : une activité sportive le matin, du step, et du civisme l'après-midi avec un quizz sur la sécurité routière proposé par la Protection civile. Demain, ce sera mosaïques et danse.

Les enfants sont accueillis sur des créneaux plus larges que le temps scolaire, de 7h30 à 18h30.
Pour le déjeuner, un pique-nique est fourni par la mairie, car le restaurant scolaire est réservé aux élèves de maternelle, afin que les différents groupes ne se croisent pas.

 

L'idée est de mettre en place des activités qui correspondent à des apprentissages différents et complémentaires de ceux dispensés à l'école. Il ne s'agit pas d'empiéter sur ce que font les enseignants d'EPS ou d'arts plastiques. [Anne Laude, rectrice de l'académie de Limoges]


Des infrastructures et un réseau associatif disponibles


Trois animateurs de l'accueil de loisir sont mobilisés sur ce dispositif "2S2C", et deux autres viennent prêter main forte le mercredi.
Une trentaine d'enfants peuvent être accueillis, même si pour l'instant, les effectifs tournent davantage entre 6 et 15 en fonction des jours.
A noter que les activités sont gratuites et que les parents ont libre choix d'y inscrire leurs enfants ou pas.
Le dispositif est pris en charge financièrement par l'Etat, sur la base de 110€ par jour et par groupe de 15 enfants, reversés aux communes.

A Boisseuil, toutes les conditions étaient réunies pour mettre en place rapidement ce nouveau dispositif.
La commune dispose en effet des insfrastructures nécessaires : un centre de loisir grand et fonctionnel dans un bâtiment moderne, à deux pas de l'école.
Habitué à gérer les activités périscolaires, le centre peut compter sur un réseau associatif important pour proposer de nouvelles activités.

Nous sommes en train de contacter les associations de la commune qui ont l'habitude de travailler avec nous. Nous aimerions proposer des activités de langue des signes, de céramique ou de calligraphie chinoise par exemple, mais il faut des intervenants qui maîtrisent ces domaines. Et il faut adapter les activités pour respecter les mesures barrières. [Clément Faure, coordinateur enfants jeunesse à l'ALSH de Boisseuil]
 

Huit conventions signées


Mais toutes les communes ne disposent pas de ces atouts. Pour l'instant, seules huit communes en Limousin ont signé une convention "2S2C", cinq en Haute-Vienne (Saint-Sulpice-Laurière, Couzeix, Bussière-Poitevine, La Geneytouse et Boisseuil), et trois en Creuse (Saint-Fiel, Parsac et Saint-Sulpice-le-Guérétois).

La rectrice d'académie assure que de nombreuses autres collectivités sont en train de travailler pour mettre en place ce dispositif. La Ville de Limoges, par exemple, devrait prochainement proposer des activités au sein de l'accueil de loisir de Beaublanc.

Mais les délais sont courts, et il ne reste plus qu'un mois avant les vacances d'été. De quoi, peut-être, dissuader certaines communes de se lancer. Sauf à ce que ce dispositif soit pérénisé, en fonction des conditions sanitaires à la rentrée de septembre.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation