L'immense collection jazz de Jean-Marie Masse en cours d'archivage à la BFM de Limoges

Il y a 5 ans jour pour jour, le 17 octobre 2015, disparaissait Jean-Marie Masse, fondateur du Hot Club de Limoges, éternel amoureux et inlassable promoteur du jazz. Son incroyable collection est aujourd'hui dans les réserves de la BFM, pas encore totalement archivée.

La collection de Jean-Marie Masse comprend près de 13 000 disques sur tous supports.
La collection de Jean-Marie Masse comprend près de 13 000 disques sur tous supports. © F3 Limousin
Le 17 octobre 2015, il y a cinq ans, disparaissait Jean-Marie Masse à l'âge de 94 ans. Cette figure incontournable du swing et du jazz, promoteur ardent de la « musique populaire noire » laisse derrière lui une collection musicale immense et sans équivalent, léguée à la Ville de Limoges.
 

Ce fond exceptionnel comprend pas moins de 13 000 disques sur tous supports, dont des Vdiscs ou - plus rare encore - des Pyral, les premiers disques enregistrables, très difficiles à conserver, qui contiennent notamment des enregistrements inédits.
La collection comprend aussi 3 500 photos, 2 000 manuscrits, 500 ouvrages, et encore des milliers d'autres documents…
 

Un travail long et minutieux


Cette collection incomparable est conservée dans les réserves de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges depuis plusieurs années, mais elle est encore loin d’être totalement archivée.
« Nous avons identifiés 3% des disques, surtout les V-disques et les Pyral qui s’autodétruisent. C’est un vrai travail de chercheur ! », explique Laure Fabry, responsable du Pôle Limousin et patrimoine à la BFM de Limoges.
 

De son vivant, Jean-Marie Masse avait imaginé la création d'une maison du Jazz à Limoges, un temps envisagée sur le site de la Borie à Solignac, pour abriter ses trésors.
Mais leur richesse et leur ancienneté légitiment leur conservation par la BFM.

« On peut valoriser des collections dans un lieu, mais il y a aussi la question de l’ouverture de ce lieu, pour quel public, comment on met les documents à disposition… », détaille Joëlle Bourlois, Conservateur du Pôle Patrimoine à la BFM.

Même les amis et héritiers spirituels du Hot Club et de Swing FM sont de cet avis.

« Le but de Jean-Marie, c’était que tout ça soit mis à disposition des amateurs de jazz, ceux qui veulent écrire sur le sujet, les chercheurs… », affirme Claude-Alain Christophe, doyen du Hot Club de Limoges, « J’espère que tout cela va aboutir rapidement maintenant ».

Et c’est bien la question : combien de temps encore avant que cette magnifique collection soit totalement archivée et accessible au public ?
 
Quel avenir pour la collection Jean-Marie Masse ?


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture