"Je vous ai apporté des bonbons !" Souvenirs des confiseries d'antan qui collaient aussi aux dents

Passons au dessert avec gâteaux et bonbons ! Au début du siècle dernier, pâtisseries et confiseries étaient légion dans nos villes et nos campagnes. Découvrons quelques sucreries à l'aide de l'impressionnant fonds photographique de Paul Colmar.

Au Moyen Âge et pour des lustres, nous n'avions que le miel pour confire les fruits.

Le sucre change la donne, au XXe, la confiserie devient industrie. Dans les magasins, madeleines, bonbons au chocolat, berlingots, dragées, aux amandes enrobées, bonnes pour rafraîchir l'haleine et combattre l'infertilité, affirmait-on à l'époque.

Les produits sont diversifiés, voyez place Fournier, à Limoges, on y vend même glaces et sorbets, accompagnés pourquoi pas d'un Five O'clock tea ? Nous ne sommes pas en reste question pâtisseries, sucre, beurre, œufs, farine... les éléments de base pour pâte à choux, millefeuilles, savarins.

Sans oublier les massepains des Miaulétous, biscuits de Saint-Léo, qui, collent un poil aux dents, mais si craquants.

Et les stars du moment. Après le vol de la Joconde en 1911, le pâtissier Gehan-Vidal créé sa Mona Lisa de Limoges, qui, citons la réclame : "les Parisiens la dévorent des yeux, les Limousins la savourent bien mieux..."

durée de la vidéo : 00h01mn17s
Photothèque Paul Colmar - Équipe : Martial Codet-Boisse, Alain Lafeuille ©FTV