LÉGISLATIVES 2024 : ce que l'on sait du barbecue festif improvisé qui se termine en altercation avec le maire de Limoges

Après les résultats du second tour des élections législatives anticipées, une centaine de personnes s'est retrouvée devant la mairie de Limoges pour un barbecue improvisé qui s'est terminé en altercation avec Emile Roger Lombertie. Ce dernier nous a accordé un entretien. On fait le point

Dimanche soir, rendez-vous avait été lancé sur les réseaux sociaux - avant le second tour - devant la mairie pour s'opposer au racisme et aux idées d'extrême droite.

Finalement, le 7 juillet au soir, les trois députés sortant Nouveau Front populaire ont été réélus. Un moment célébré, par les militants, dans leurs QG à Limoges.

En marge de ces rassemblements militants, d'autres manifestants ont maintenu le rendez-vous lancé sur les réseaux sociaux, mais la manifestation a pris des allures festives pour célébrer "la victoire du Nouveau Front populaire" en Haute-Vienne, devant la mairie, avec la mise en route d'un barbecue, sous surveillance des forces de l'ordre. 

Émile Roger Lombertie, maire DVD de la ville, est allé à la rencontre des manifestants pour leur demander d'éteindre ce barbecue, pour des raisons de sécurité, et la situation a dégénéré.

L'élu confirme donc les insultes et affirme avoir été frappé par certains manifestants présents dans ce rassemblement qu'il qualifie "d'ultra-gauche". Il précise qu'il est parvenu à esquiver des coups. Il nous a accordé une interview au lendemain des faits, voici son récit : 

durée de la vidéo : 00h01mn10s
Emile Roger Lombertie raconte sa version des faits concernant les violences survenues ce dimanche 7 juillet 2024 au soir. ©Franck Petit - Olivier Journiat

Sur place, une jeune manifestante affirme également à notre équipe de reportage que le maire a pris ce sac contenant "le bois pour le barbecue" avant de le jeter à l'eau. 

Cet acte aurait, selon elle, précédé les violences.

durée de la vidéo : 00h00mn27s
Cette manifestante devant la mairie de Limoges, dimanche 7 juillet au soir, donne sa version des faits qui auraient précédé l'altercation entre certains manifestants et le maire de Limoges. ©Interview réalisée par Franck Petit et Olivier Journiat

Nous avons eu confirmation qu'il avait été raccompagné sous escorte de la Police Municipale dans la mairie. 

Contacté par téléphone ce dimanche soir, Émile Roger Lombertie nous avait précisé que ce barbecue n'était pas autorisé, que la police avait essayé de l'éteindre dans un premier temps et qu'il n'était pas exclu qu'il porte plainte. 

Mais lundi 8 juillet, le maire ne confirme pas ce dépôt de plainte et il explique pourquoi : 

durée de la vidéo : 00h00mn47s
Emile Roger Lombertie demande le calme et ne portera vraisemblement pas plainte. ©Franck Petit - France 3 Limousin
 

Les circonstances de l'altercation et le nombre de personnes impliquées restent floues. Une analyse des caméras de vidéo surveillance est prévue.

Dans un communiqué, le préfet de Haute-Vienne a fait savoir qu'il condamnait "fermement toute forme de violence envers les élus. Les violences verbales ou physiques subies hier soir par le maire de Limoges, Émile Roger LOMBERTIE, sont inacceptables à l’encontre d’un élu investi de la légitimité démocratique. Le préfet dénonce ces comportements qui ne peuvent que desservir le nécessaire dialogue républicain et appelle au respect mutuel."

Ce lundi soir, le parquet de Limoges nous a confirmé "qu'il n'y avait pas d'ouverture d'enquête à ce stade".

Réactions politiques

Depuis l'annonce de cette altercation, l'association des maires de la Haute-Vienne a publié un communiqué sur les réseaux sociaux pour condamner "les violences inacceptables dont a été victime Émile Roger Lombertie".

Damien Maudet, député Nouveau Front populaire - LFI, réélu ce dimanche soir, a également souhaité réagir. 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité