Limoges CSP. "Il a les idées très claires concernant la gouvernance du club" : vers un nouveau patron et de l'argent frais

Après avoir reçu, mercredi, les documents attendus, La DNCCG a décidé de reconvoquer les dirigeants du Limoges CSP avant d'engager officiellement le club en Betclic Elite pour la saison prochaine. Patrick Hianasy, le président de la DNCCG, fait un point sur la situation.

Il était écrit que le feuilleton de la saison 2023/2024 du Limoges CSP ne se terminerait pas sans un énième rebondissement. Après avoir reçu, dans les temps, les documents réglementaires du club limougeaud, la DNCCG a décidé de convoquer les dirigeants pour qu'ils s'expliquent sur le plan de sauvetage déposé ce mercredi 15 mai.

Que va-t-il se passer le 28 mai ?

Entre autres, il faudra que le club présente le bilan de la saison écoulée et sa stratégie économique pour l'année à venir, notamment sur l'augmentation de capital à réaliser avant le 30 juin 2024, à hauteur de 1.2 million d'euros.

Lionel Peluhet sera aussi du voyage à Paris pour être auditionné. Il devra alors présenter "son projet économique et sportif, à court, moyen et long terme" comme l'indique le communiqué de presse de la LNB.

Patrick Hianasy, le président de la DNCCG, précise :"J'ai le sentiment que la solution Lionel Peluhet est la seule. Je pense qu'il n'y a pas d'autre plan. Son projet me semble crédible parce qu'il m'a présenté son business plan qu'il n'a pas encore officiellement présenté au club, mais ce qui est certain, c'est qu'il a le soutien des collectivités territoriales et c'est très important dans le projet de prise de contrôle. Il a aussi les idées très claires concernant la gouvernance du club. Il a déjà en tête qui seront les membres de son conseil de surveillance et de son directoire. C'est un homme qui me semble engagé et qui semble avoir les moyens pour redresser le club. On est rassuré parce que, au moins, il y a un dossier aujourd'hui, mais on a encore besoin de valider ce projet économique et sportif".

Dans son communiqué, le gendarme financier réclame également des explications concernant le montant apporté par les partenaires privés, indiqué dans les documents fournis à la Ligue Nationale de Basket.

Cette audition aura lieu le 28 mai prochain, à 10 heures, au siège de la LNB. Ce n'est qu'à l'issue de cette dernière que le Limoges CSP connaîtra son avenir.

Pour le moment aucun accord n'a été trouvé entre les deux parties

Du côté de la mairie de Limoges, on salue cette décision : "La ville de Limoges accueille avec optimisme la publication du communiqué de la DNCCG qui prend acte de négociation en cours et encourage une issue favorable de ces négociations".

La municipalité qui a aussi confirmé que les 618 000 euros de subventions manquantes pour la saison en cours ne seront pas débloqués sans avoir une visibilité précise sur la future gouvernance du club. Certaines voix comme André Sardin, ancien dirigeant du CSP, que nous avons joint par téléphone, souhaiteraient que le futur du CSP s'inscrive dans le changement :"Il ne serait pas sain que Céline Forté reste au club. Je discute avec M. Peluhet, mais nous n'avons pas parlé d'argent".

Selon nos informations, Céline Forté, que nous avons tenté de joindre sans succès, aurait engagé des négociations avec Lionel Peluhet pour récupérer la somme de 100 000 euros. Ce dernier aurait accepté, sous la forme d'un échelonnement, pour que cette dernière récupère une partie de l'argent personnel qu'elle aurait engagé afin de renflouer les caisses du club. 

Pour le moment aucun accord n'a été trouvé entre les deux parties, nous confie Patrick Hianazi : "Mr Peluhet a adressé le 3 mai, puis le 10 mai, une lettre d'intention à Mme Forte et à cette heure, nous n'avons toujours pas la contre signature de Mme Forte qui indique qu'elle est d'accord avec la proposition de Mr Peluhet ! Mais ma patience a des limites ! Mr Peluhet ne peux tenir la main droite de Mme Forte pour qu'elle signe la proposition. On nous a affirmé que cela interviendrait ce soir." (jeudi, NDLR)

Parmi les conditions imposées par le chef d'entreprise, Lionel Peluhet, avant d'injecter 1,2 million d'euros, exige d'obtenir au moins 50% plus une voix du capital de la société.

On assiste peut-être à la fin de la "saga des Forté" au Limoges CSP.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité