Limoges : nouvelle manifestation d'enseignants du lycée Maryse Bastié contre le proviseur

Publié le Mis à jour le
Écrit par Thomas Milon avec Jean-Martial Jonquard.

Depuis plus d'un an, un conflit oppose des enseignants du lycée Maryse Bastié, à Limoges, au proviseur de l'établissement. Les premiers parlent de pressions et de menaces, le second de cabale personnelle et politique. Une vingtaine de personnels se sont rassemblés aux portes du lycée ce mercredi 2 mars 2022.

"Jusqu'où laissera-t-on pourrir la situation ?" ou "enquête sans conclusion, ça suffit !! des actes !!!" : des pancartes avec ces mots étaient visibles ce matin aux portes du lycée polyvalent Maryse Bastié de Limoges.  

Une vingtaine d'enseignants et autres personnels s'est regroupée pour manifester contre la gestion du proviseur Joseph Makutu. Dix mois après une autre manifestation en juin 2021, les tensions sont toujours là.  

"On a envoyé un courrier à madame la Rectrice lundi 28 février. Une grande majorité d'enseignants ont signé cette lettre" a indiqué Elisabeth Faucon, professeur à Maryse Bastié, secrétaire départementale CGT Éduc'Action.

Le mal-être continue. On est à un point de non retour, ce n'est plus possible de continuer comme ça.

Des mois que le torchon brûle. En janvier 2021, au moins 10 enseignants et CPE ont alerté la médecine du travail selon un communiqué de l'intersyndicale. En février 2021, l'affaire était déjà  remontée jusqu'à la rectrice. En avril, 13 personnes ont à nouveau alerté l'institution.  

Soutien de professeurs  

Contacté ce mercredi, le proviseur n'a pas souhaité s'exprimer, "pour ne pas nuire à la réputation de l'établissement." Mais fait nouveau, des professeurs lui ont apporté leur soutien, dénonçant une vieille cabale contre Joseph Makutu, un temps référent LREM haut-viennois, et s'estimant diffamés par leurs collègues, via des mails reçus par erreur en décembre dernier.  

"Nous sommes désignés les gringos, la dream team, et moi le chef" dit Vincent Druaux, professeur et membre du conseil d'administration de l'établissement. "Monsieur Makutu en prend pour son grade, surnommé M.le maudit. Cela va beaucoup trop loin" ajoute-t-il.

À l'automne dernier, l'Inspection Générale de l'Éducation Nationale avait diligenté une enquête dans l'établissement. Les conclusions sont toujours attendues par le personnel.

Une délégation des enseignants mobilisés a été reçue au Rectorat à la mi-journée. On lui aurait assuré la fin prochaine de l'enquête et suivant ses conclusions, le traitement de la situation à Maryse Bastié avant la fin de l'année scolaire.


   

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité