Trois individus interpellés à Limoges, soupçonnés de proxénétisme aggravé dans un immeuble du centre-ville

Trois personnes accusées de proxénétisme aggravés viennent d'être interpellées à Limoges. Selon le procureur de la République, un sexagénaire avec ses deux fils de 24 et 27 ans, gardés à vue le 24 novembre, doivent comparaître libres en février 2021. Ils sont placés sous contrôle judiciaire.
Les mis en cause ont été alertés à plusieurs reprises qu'ils louaient leurs appartements à des prostitués, sans réactions de leur part.
Les mis en cause ont été alertés à plusieurs reprises qu'ils louaient leurs appartements à des prostitués, sans réactions de leur part. © André Abalo

Une ancienne bibliothèque qui devient un lieu de prostitution, avouez que l'affaire est cocasse. C'est pourtant dans l'ex-bibliothèque municipale de Limoges, en centre-ville, que des prostitués locataires de ces appartements, recevaient des clients et cela depuis plusieurs années. Les propriétaires des lieux, un père et ses deux fils ne sont pas d'accord sur la responsabilité des uns et des autres dans cette affaire, explique le procureur de la République, Baptiste Porcher.

Le père nie tandis que l'un de ses fils reconnaît les faits. "Ils étaient informés à plusieurs reprises qu'il y avait de la prostitution dans leurs appartements mais ils fermaient les yeux et continuaient d'empocher les loyers. On parle de proxénétisme dans ce dossier, poursuit le procureur, mais ces personnes mises en cause ne sont pas des 'maquereaux'. Ils mettent à disposition leurs appartements à des personnes connues pour tirer un revenu de la prostitution, ce qui fait d'eux indirectement des proxénètes", précise le procureur.
 

Un ex-huissier de justice devenu proxénète ?

L'affaire remonte à début avril 2019, quand le Service Régional de la Police Judiciaire était co-saisi avec la Sûreté Départementale de la Direction Départementale de la Sécurité Publique de Limoges par le parquet local pour enquête sur des faits de proxénétisme aggravé. Une saisine qui faisait suite au signalement de la présence de prostituées dans un immeuble limougeaud, à savoir les locaux de l’ancienne bibliothèque municipale aujourd’hui reconvertie en immeuble d’habitation.

Les enquêteurs de la Sûreté Départementale ont contrôlé cinq prostituées dans deux appartements distincts de l’immeuble. Le proxénète serait, selon une source policière, un ancien huissier de justice de Limoges. Néanmoins, c'est un élément d'information que n'a pas confirmé le procureur de la République.

L'homme s’était reconverti à la gestion d’une "holding" exploitant des locations de courte durée de huit appartements dans l’immeuble situé au centre-ville de Limoges.
Les investigations ont mis en évidence le business, ce qui a a débouché sur le contrôle de plusieurs clients et prostituées, puis sur une première phase d'interpellations.

L'enquête

Selon une source policière, le principal suspect âgé de 63 ans et ses deux fils complices, ont été interpellés le 16 juin 2020, et placés en garde à vue. Les enquêteurs ont établi le rôle de chacun. Ils ont mis en évidence, à cette occasion, que les locations d’appartements via des plateformes internet à des prostituées, ont commencé en octobre 2015.

Toujours de sources policières, "le propriétaire et principal mis en cause était en contact régulier avec des prostituées. Ce dernier ne pouvait donc ignorer les activités pratiquées dans les appartements qu’il louait. Ses deux fils apportaient quant à eux une aide logistique dans l’organisation".

Le parquet de Limoges a procédé à une saisie patrimoniale de l’immeuble, évalué à 1,2 millions d’euros. Les trois mis en cause, le principal propriétaire des appartements, et ses deux complices âgés de 24 et 27 ans, ont été à nouveau placés en garde à vue le 24 novembre 2020 puis déférés le même jour devant le parquet de Limoges. Ils comparaîtront libres le 9 février 2021. En attendant, ils sont placés sous contrôle judiciaire. La peine maximum encourue pour ce type de délit est de 10 ans.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité justice