"On ne fait que passer" : maire depuis 2001, le maire de Saint-Junien a démissionné

Après 23 ans de mandat, une figure politique tire sa révérence. Pierre Allard a démissionné de son mandat de maire de Saint-Junien jeudi 1ᵉʳ février. C'est son premier adjoint qui devrait prendre la suite. Mais l'homme gardera un pied dans la politique.

Partir à soixante ans, un engagement moral pris au début de son premier mandat en 2001. Dans un mois environ, une fois sa décision validée par le Préfet, Pierre Allard quittera son fauteuil de maire. Il l'a annoncé jeudi 1ᵉʳ février, lors du conseil municipal, confirmant une rumeur qui courait depuis quelques mois en ville. 

"On ne fait que passer. On est là pour servir un territoire, pour servir des concitoyens. On a essayé de faire en sorte que ce soit une ville dynamique, moderne, ouverte vers l'extérieur et je crois que c'est ce qu'il faut poursuivre. On a la chance d'avoir une population qui augmente progressivement, une centaine d'habitants en plus par an."

Réactions partagées

Les Saint-Juniaudes et les Saint-Juniauds étaient, pour la plupart, déjà au courant de la nouvelle ce vendredi matin dans les rues la ville. "Je pense qu'il a fait du bon travail et j'espère que son successeur va continuer", s'enthousiasme un homme âgé. 

"Après 23 ans de mandat, c'est bien de passer la main. Il faut quelqu'un de dynamique. Il faut notamment faire quelque chose pour la rue Lucien Dumas, c'est une catastrophe ! Les commerces ont été développés en périphérie, mais pas en centre-ville. Regardez tous les logements fermés en hypercentre", déplore un homme d'une soixantaine d'années. 

Ce jeudi, fait peu banal, la minorité municipale lui a demandé de rester en poste. "Pour nous, c'est une manœuvre politique qui court-circuite le vote. Il aurait pu dire lors de sa dernière réélection qu'il n'irait pas au bout de son mandat, faire preuve de transparence et cela aurait été tout à fait entendable. Là, nous trouvons que les Saint-Juniauds peuvent se sentir lésés par le départ du maire qu'ils ont élu. Quitte à rester en politique, il aurait pu sacrifier un autre mandat moins personnel", s'agace Yoann Balestrat, chef de file de la minorité. 

Départ déploré également par Thierry Granet, chef groupe socialiste dans la majorité, mais pas pour les mêmes raisons. "Je regrette son départ, car j'aimais beaucoup travailler avec Pierre. Il n'a pas à rougir de son bilan, il a métamorphosé sa ville en 20 ans alors qu'il faut bien dire qu'elle s'endormait un peu. Je respecte évidemment sa décision et notre loyauté et dores et déjà acquise à son successeur désigné". 

Qui pour l'intérim ? 

Le candidat de la majorité pour une transition dite "en douceur" c'est Hervé Beaudet, premier adjoint. Hervé Beaudet choisi par Pierre Allard, lui-même désigné il y a 23 ans par Roland Mazoin, maire de Saint-Junien pendant 36 ans.

Le soir du 18 mars 2001, Pierre Allard n'avait pas encore 40 ans lorsqu'il est devenu maire pour la première fois. Natif de Saint-Junien, fils d'un père représentant de commerce et d'une mère comptable. Son engagement politique date des années 1980. Il rejoint les équipes de Marcel Rigout et Roland Mazoin et intègre l'ADS, une branche dissidente du parti communiste dès sa création. Conseiller municipal de Saint-Junien dès 1989, il succède à Roland Mazoin en 2001. 

Vingt-trois ans plus tard, il prend sa retraite en tant que maire, mais reste président de la Communauté de Communes "Porte Océane du Limousin" et vice-président du conseil départemental de la Haute-Vienne jusqu'en 2028. "Comme tout élu, il faut savoir prendre sa retraite et laisser la place aux jeunes".

Pierre Allard se laisse donc encore quelques années avant de profiter d'une retraite complète. 

En attendant, Hervé Beaudet assure l'intérim. Lui aussi natif de Saint-Junien, il est né en 1969 et a très tôt baigné dans la politique. Son père était conseiller municipal du temps de Roland Mazoin. Rugbyman dans l'équipe locale, chef de cuisine au collège Paul Langevin, il rejoint dès 2001 Pierre Allard en tant que conseiller municipal, puis premier adjoint depuis près de 10 ans. "Le départ de Pierre Allard est forcément très émouvant, même s'il garde un pied dans le conseil municipal. Il n'est pas resté quatre mandats pour rien. Je suis très fier du travail d'équipe que nous avons pu mener ensemble".

Il devrait être désigné maire par le conseil municipal le 4 mars prochain. Il sera alors temps de voir quelle va être sa vision de l'avenir de la ville. Il inaugurera en fin d'année la cité du cuir, dernier gros projet de son prédécesseur et devrait plancher rapidement sur le projet de nouveau pont sur la Vienne. 

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité