Pour pallier les règles strictes du confinement, à Limoges le service funéraire propose des hommages à posteriori

A Limoges le cimetière de Louyat, le crématorium et la chambre funéraire sont à nouveau ouverts. Pendant le confinement le deuil  a été extrêmement compliqué pour les familles de défunts.

700 cerceuils ont été stockés par le service funéraire de Limoges au cas où l'épidémie aurait lourdement touché la ville.
700 cerceuils ont été stockés par le service funéraire de Limoges au cas où l'épidémie aurait lourdement touché la ville. © Martial Codet-Boisse
Le service funéraire de la ville de Limoges compte 70 agents. Les 2/3 d'entre eux ont repris le travail à la chambre funéraire, au crématorium ainsi qu'au cimetière de Louyat. Pendant le confinement seul un tiers d'entre eux travaillait. Dès la semaine prochaine ils seront tous revenus à leur poste.

Une image marquante pour notre équipe de jounalistes, des rangées de cercueils vides, empilés dans la réserve de la chambre du service funéraire municipal de Limoges. 

Plus de 700 ont été stockés là au cas où la pandémie touche la ville de plein fouet. Ce qui n’a fort heureusement pas été le cas.

Une quinzaine de décès dus au coronavirus, mais des conditions de prise en charge des corps des défunts très encadrées comme l’explique Sébastien Quesson, chauffeur-porteur au service funéraire municipal de Limoges : 

Pour les mises en cercueil nous avions une procédure à respecter. Nous n’avions pas le droit de toucher le corps, il fallait le mettre dans deux housses. Le bracelet était mis aux poignées du cercueil et pas au poignet du défunt. 

Pendant le confinement, quatre proches du défunt seulement pouvaient assister à une cérémonie dans la chambre funéraire. Cérémonie, en revanche interdite au crématorium de Landouge, empêchant par là même toute forme de deuil.

Malheureusement, nous les voyions pleurer à travers les vitrages, ils ne pouvaient pas dire au revoir à leur défunt. On arrivait à capter cette détresse. Et on ne pouvait rien faire pour eux. Explique Sébastien Aval, Maître de cérémonies au crématorium de Landouge.

 
Aujourd’hui 20 proches peuvent assister aux cérémonies. Les annonces de ce jeudi 28 mai changeront peut-être les choses.

Pour celles et ceux qui le souhaiteraient, un hommage est possible comme le précise David Gesland, le responsable du service funéraire municipal de Limoges :
 

Les hommages font partie du deuil, donc les familles ont souffert de cela. Nous proposons d’organiser des hommages à posteriori.

Pour organiser ce type d’hommage, la famille du défunt doit contacter le service funéraire municipal de Limoges (05-55-33-29-24), afin que le deuil puisse enfin débuter.

En 2019 le service funéraire municipal a géré 1056 convois funéraires. Aucune hausse n'est pour le moment enregistrée pour l'année 2020.
 
service funéraire ville de Limoges ©France 3 Limousin






 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter