Pourquoi Limoges n’a pas son vaccinodrome ?

Le 22 mars dernier le ministre de la santé Olivier Véran annonçait le déploiement de vaccinodromes, des méga-centres de vaccination dans toute la France. Pourquoi Limoges n’a pas le sien alors que Pau et Poitiers, des villes comptant moins d’habitants que Limoges, ont le leur ?

Au 6 mai 2021, 28% de la population régionale de Nouvelle-Aquitaine a reçu une dose de vaccin contre la Covid-19, et 12,3 % le schéma complet.
Au 6 mai 2021, 28% de la population régionale de Nouvelle-Aquitaine a reçu une dose de vaccin contre la Covid-19, et 12,3 % le schéma complet. © pixabay

Pau ou encore Poitiers ont leur vaccinodrome, Limoges n’en a pas et le déploiement d’un méga centre n’est pas prévu dans la capitale Limousine.

Serions-nous victimes d'une injustice ?

Avec 131 479 habitants la capitale limousine est pourtant plus peuplée que Pau (76 275 hab.) ou même Poitiers (88 665 hab.). Les limougeauds seraient-ils victimes d'une injustice ?

En fait pas du tout. C'est juste que la stratégie de déploiement des centres de vaccination est différente en Haute-Vienne que celles déployées dans la Vienne ou dans les Pyrénées-Atlantiques (deux départements qui sont par ailleurs plus peuplés que la Haute-Vienne). 

"Nous avons de nombreux centres de vaccination sur Limoges, le CHU, ceux des deux cliniques, SOS médecin, La maison de santé de Beaublanc, le centre de vaccination municipal situé à Beaubreuil. Nous n'avons pas besoin d'avoir un méga-centre en plus" explique François Négrier, le directeur de l'Agence Régionale de Santé en Haute-Vienne. 

Pour comparer toujours avec Pau et Poitiers, la première ne compte que deux centres, dont le fameux vaccinodrome, la seconde cinq. 

À Limoges, le centre de vaccination géré par la ville, installé au centre culturel Jean-Moulin à Beaubreuil, va d'ailleurs accroître sa capacité d'accueil dès demain, mercredi 28 avril 2021.

Au début de la campagne de vaccination, le centre de vaccination municipal occupait un local derrière la mairie, il a déménagé en mars au centre culturel Jean-Moulin afin de doubler sa capacité d'accueil. Il passe à nouveau un cran au-dessus comme l'explique Bernard Bertin le directeur du service santé de la ville de Limoges : "En fin de semaine dernière l'ARS nous a informé que nous disposions de 670 doses supplémentaires. Nous avons décidé d'augmenter notre capacité de vaccination. Elle se faisait jusqu'à présent sur quatre lignes, nous passons à six. De 1260 injections par semaine nous passons à 1930."

Et ce n'est pas terminé, puisque Bernard Bertin annonce également que le centre va être optimisé afin de pouvoir prochainement vacciner jusqu'à 2750 par semaine dès la semaine prochaine. 

Aujourd'hui 48 personnes sont vaccinées par jour sur chaque ligne de vaccination. Une ligne de vaccination c'est : un médecin, qui s'occupe des questionnaires de santé et deux infirmiers qui vaccinent. Dès la semaine prochaine la ville va optimiser son organisation pour passer à 80 personnes par ligne de vaccination chaque jour. "Nous nous sommes rendus compte que ce qui prend le plus de temps ce n'est pas de faire le vaccin mais de remplir les questionnaires de santé, nous allons donc passer à deux personnes sur les questionnaires et une seule pour l'injection, ce qui va faire gagner énormément de temps."

Du côté de l'Agence Régionale de Santé on n'exclut pas l'ouverture d'un centre supplémentaire à Limoges, mais pas de vaccinodrome. "Aujourd'hui en Haute-Vienne nous recevons 11 000 doses par semaine. D'ici quinze jours nous devrions passer à 14 000 doses. Nous sommes en pleine reflexion quant à la possibilité d'ouvrir un centre supplémentaire sur Limoges. C'est la préfecture qui tranchera." annonce François Négrier.

Et ailleurs dans le département ?

Au delà de Limoges, le département compte sept centres de vaccination : Ambazac, Aixe-sur-Vienne, Bellac, Saint-Junien, Saint-Léonard-de-Noblat et Saint-Yrieix. Mais ce qui fait la particularité du département c'est la multiplication des opérations ponctuelles au sein des communes. Ce que l'Agence Régionale de Santé appelle les opérations "Aller Vers".

"Ces opérations de vaccination de proximité se font partout mais c'est vrai qu'à l'échelle de la Haute-Vienne c'est une véritable particularité. Depuis le début de la campagne de vaccination nous avons réalisé 130 opérations de vaccination de proximité, dans 56 communes du département" indique François Négrier. 

Au total à la mi-juin ce sont 9 687 doses de vaccin qui auront été injectées lors de ces opérations décentralisées.

"Ce sont les mairies qui recensent les habitants éligibles à la vaccination et qui communiquent directement auprès d'eux" précise le directeur de l'ARS de la Haute-Vienne.

Et bien entendu, seuls les habitants de la commune sont vaccinés lors de ces journées. Demain 28 avril 2021 par exemple, des opérations de ce type se déroulent à Rilhac-Rancon, Peyrilhac, Rochechouart, Cussac et Bessines-sur-Gartempe.

En conclusion, non Limoges n'est pas lésée en n'ayant pas de vaccinodrome, la Haute-Vienne ne l'est pas non plus. La stratégie déployée dans le département est axée sur la proximité et non la centralisation. 

 

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société