Quand la grande distribution ment sur les prix affichés en rayon

Un prix différent en rayon et en caisse pour un même produit : d'après Philippe Galon, consommateur vigilant, cette pratiques seraient de plus en plus répandues dans la grande distribution. Il a d'ailleurs contacté la répression des fraudes.

© France 3 Limousin
Chaque vendredi Philippe Galon fait ses courses dans le supermarché à côté de chez lui, à Limoges. Ses passages dans les rayons sont marqués par plusieurs arrêts : il note sur un carnet les prix de tous les produits qu’il choisit. Constat : les prix affichés en caisse est tout autre.
 
© France 3 Limousin

Aujourd’hui sur mon dernier mois de courses j’arrive à 1 produit sur 4 facturé plus cher en caisse que ce qu’il n’est facturé en rayon. J’ai beau le signaler au magasin,  je reçois des lettres d’excuses mais rien ne change.

C’est pas beaucoup à chaque fois mais multiplié par le nombre de clients on arrive à des sommes rondelettes.

Philippe se fait rembourser la différence de prix. Mais pour lui, ces « tromperies » de la grande distribution ne passent pas. Il a d’ailleurs alerté la répression des fraudes.

Pour lui, cette question n’est plus seulement d’ordre personnel. Elle concerne l’ensemble des consommateurs susceptibles d’être victimes de ces prix gonflés discrètement.

Les organismes d’Etat devraient être en mesure de protéger le citoyen consommateur de cette problématique.

Quand la grande distribution ment sur les prix affichés en rayon ©France 3 Limousin

D'après Alain Droual, vice-président UFC Que Choisir 87 cette pratique n'est pas acceptable, la direction des supermarchés doit impérativement respecter la loi :

Ils peuvent dire effectivement que les prix fluctuent mais c’est à eux de prendre leurs dispositions pour afficher les bons prix, au bon moment. L’article L112-1 dit que le vendeur doit afficher les prix exacts. Il ne peut pas dire « ça a fluctué », le code de la consommation doit s’appliquer.

La direction du magasin dans lequel Philippe fait ses courses hebdomadaires n'a pas souhaité répondre.

Selon le code de la consommation, les magasins manquant à leur devoir d'affichage sont passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 15 000 euros.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter