Rugby : les Bleues très émues par leur accueil à Limoges

Les Bleues entament une danse de la victoire sur la pelouse de Beaublanc après leur succès au Tournoi des Six Nations, face à l'Italie (45-10). / © Thomas JOUHANNAUD / MAXPPP
Les Bleues entament une danse de la victoire sur la pelouse de Beaublanc après leur succès au Tournoi des Six Nations, face à l'Italie (45-10). / © Thomas JOUHANNAUD / MAXPPP

45-10, devant un stade pratiquement plein. Limoges a réservé son meilleur accueil au XV de France, qui compte dans ses rangs plusieurs anciennes joueuses de l'USAL. L'occasion pour elles de faire découvrir la ville à leurs coéquipières.

Par H.L.

Musique à fond, la banane et des étoiles plein les yeux, les Bleues ont dansé comme jamais avec le public de Beaublanc, électrisé par leur victoire sans bavure face à l'Italie, 45-10.
Le tour d'honneur en fin de rencontre avait une saveur toute particulière pour certaines joueuses du XV de France. Clara Joyeux a été élève du lycée agricole des Vaseix et avait rejoint le club de l'USAL : "J'ai vu beaucoup de gens que je connaissais en tribune, ça fait plaisir", sourit-elle en guise de remerciement.
Mais l'émotion était encore plus grande pour les deux Limougeaudes de l'équipe. Agathe Sochat l'a ressenti avant même le début de la rencontre : "Pendant les hymnes, j'étais très émue", raconte-elle.

"Elles pensaient pas que c'était une terre de rugby !"

Pour Pauline Bourdon, elle aussi licenciée de l'USAL et Limougeaude d'origine, la fierté a rapidement pris le pas sur le reste : "En huit ans, c'est la première fois que je reviens jouer à Limoges. Alors c'est le bonheur de voir le stade quasiment plein avec ma famille et mes amis."
Et pourtant, cela n'a pas été facile de convaincre ses coéquipières, plutôt sceptiques avant leur arrivée en Limousin : "Elles pensaient pas que c'était une terre de rugby ! Alors tout le monde me chambrait, confie-t-elle. Mais finalement, on a toutes vraiment apprécié."

"Quelle ambiance à Limoges !"

Dès les entrainements, les supporters étaient sur le bord du terrain pour les encourager, un soutien indispensable quelques jours avant un match à haut risque.
De Safi N'Diaye, la capitaine, à Annick Heyraud, la manageuse du XV français, toutes saluent la qualité des installations du CHEOPS et les moyens mis en oeuvre par la ville pour les accueillir.

Mais la capitaine des Bleues retiendra surtout un moment dans cette rencontre : "Quand j'ai écouté les gens chanter la Marseillaise, les gens m'ont portée." Les Françaises le promettent : à la moindre invitation, elles reviendront à Beaublanc avec plaisir ! 

 

Sur le même sujet

Les + Lus