Transports publics gratuits à Limoges : c'est NON pour cause d'investissements lourds

Le chef de file de la gauche à Limoges, Thierry Miguel, plaide pour des bus gratuits dans la ville. Mais cette gratuité ne semble pas à l'ordre du jour. Explications.

Le sujet de la gratuité des transports publics revient régulièrement sur le tapis à Limoges. Le socialiste Thierry Miguel a posé la question lors d'un récent conseil communautaire. Il remet le couvert ce dimanche 17 décembre à travers ce post sur le réseau social X (ex-Twitter).

Pour Thierry Miguel, la décarbonation des transports doit être une priorité : "Il faut laisser la place aux mobilités douces et donc faire en sorte qu'il y ait moins de voitures dans le centre".

Le chef de l'opposition limougeaude ajoute que "le bus gratuit permettrait aux personnes à faible pouvoir d'achat de se déplacer plus facilement dans une ville où les quartiers prioritaires sont très excentrés."

En France, 376 communes sont desservies par des transports publics totalement gratuits. Mais comme l'indiquait le site public Vie Publique en novembre 2022, tout n'est pas si simple.

Un investissement de plus de 200 millions d'euros

La communauté urbaine de Limoges s'est lancée dans une réorganisation globale de son réseau de transport. À l'horizon 2026, le Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) deviendra une réalité.

La ligne A partira de Beaubreuil pour aller au CHU. Un peu plus tard, la ligne B ira du Val de Laurence jusqu'à Panazol. Sur chacune de ces lignes, 200 bus circuleront tous les jours.

L'investissement sera de plus de 200 millions d'Euros. Selon Jean-Marie Lagedamont, président de la STCLM, "On ne peut pas tout faire en même temps. Investir d’un côté et se passer d’une rentrée d’argent de l’autre. C’est aussi simple que ça. Le problème de la gratuité est que ça réduit la capacité d'investissement."

On a fait le choix depuis 2014 à Limoges, d’instituer ce BHNS et de réorganiser le réseau avec une offre beaucoup importante et conséquente. Ce choix, il faut l'assumer maintenant.

Jean Marie Lagedamont

Président de la STCLM

À Limoges, la billetterie des bus permet de couvrir 20 et 25 % de leur frais de fonctionnement. La gratuité fonctionne dans les villes dans lesquelles cette part est bien moins importante et où le réseau de bus est sous-utilisé.

Et puis selon Jean-Marie Lagedamont, "la gratuité impliquerait une augmentation du nombre d'utilisateurs. Il faudrait donc augmenter le nombre de bus. Un bus propre, c'est un million d'euros au minimum. Ça ne se fait pas comme ça".

Les automobilistes pas prêts à laisser leur voiture

Selon un rapport du Sénat sur la gratuité des transports collectifs daté de 2019, les automobilistes ne sont pas très enclins à laisser leur voiture sur des parkings aux entrées de ville. Les villes d'Aubagne, Tallinn et Chengdu en Chine ont été étudiées.

Quand l'auto est relativement facile d'usage, la gratuité du bus n'a pas d'effet direct sur son usage. A Limoges, l'usage est très aisé.

Jean-marie Lagedamont

Président de la STCLM

La communauté urbaine de Limoges envisage malgré tout de créer des pôles d'échange multimodaux en périphérie, pour recevoir les voitures, mais aussi et surtout les bus qui viennent de l'extérieur, afin de limiter l'engorgement du centre-ville.

Bref, la gratuité des bus à Limoges ne semble pas à l'ordre du jour, même si Jean-Marie Lagemont affirme que le sujet mérite d'être débattu.